Les chats objets de toutes nos inquiétudes

Publié le 5 Mai 2014

Les chats ne sont pas des chiens ! Vous allez me dire que c'est une vérité de La Palice, c'est vrai. Premièrement les chats sont des félins et les chiens des canidés ! La grande différence réside dans leur comportement.

Un chien, vous lui laissez l'accès à un jardin normalement clos, il y reste. Le chat, lui n'en fait qu'à sa tête. Quelle que soit la clôture, il peut l'escalader et partir vadrouiller à la recherche d'une marque qu'il aura laissée la veille, cavaler derrière une proie. Rien ne l'arrête sauf un haut mur qui n'aurait aucun arbre à proximité.

Même s'il n'a pas accès à un jardin, on ne peut pas toujours empêcher un chat de sortir d'un appartement, sauf à grillager toutes les fenêtres.

Ainsi si vous êtes d'une nature plutôt anxieuse, il vaut mieux avoir un chien plutôt qu'un chat.

L'angoisse peut atteindre un paroxysme si, comme moi, vous hébergez plusieurs dizaines de chats ! Je crois d'ailleurs que je suis en train de fabriquer un ulcère à l'estomac ...

Au mois de novembre 2011 j'ai accueilli une toute jeune chatte, presque encore un chaton. Une habitante de mon village m'avait appelée pour se plaindre d'un chat qui n'arrêtait pas de miauler sur sa fenêtre.

- S'il miaule c'est probablement qu'il a faim...Lui avez vous donné quelque chose à manger ?

- Et puis quoi encore ? Ce n'est pas mon chat, je ne vais pas le nourrir et je ne veux pas de chat !

Ce chaton affamé ne s'était pas fait prier pour entrer dans ma trappe de capture, attiré par une bonne odeur de nourriture. Comme il était un peu farouche, je décidai de le garder près de moi, en compagnie des chats adultes de la maison qui sauraient le rassurer. Vérification faite, c'est une petite chatte que je venais de récupérer. Elle s'appellerait Gourmette.

Les premiers jours elle se laissa à peu près caresser et chouchouter par ses nouveaux copains mais très vite elle s'avisa qu'elle pouvait grimper dans les fermes apparentes de mon living-room pour se placer hors de danger ! J'ignore si elle trouvait confortable d'y dormir, c'est l'habitude qu'elle prit. Il fallu installer pour elle un bac à litière dans un endroit où elle ne risquait pas de se trouver nez à nez avec un des humains de la maison. La nourriture des minous est à disposition dans la cuisine. Personne ne la vit jamais venir manger quand la cuisine est occupée. S'il lui arrive de quitter ses poutres quand quelqu'un est dans la pièce où elle se trouve, il vaut mieux éviter de la regarder ou de lui parler si on ne veut pas la voir regagner illico son perchoir préféré. Il arrive aussi qu'elle grimpe quatre à quatre sur la mezzanine ou est installé mon bureau. Elle y a trouvé quelques cachettes où j'ai toujours respecté son désir de s'isoler.

Gourmette a fini par être désignée par "la chatte des poutres".

GOURMETTE chatte perchée photographiée avec un zoom au mois d'avril 2012

GOURMETTE chatte perchée photographiée avec un zoom au mois d'avril 2012

Le living où vit notre Gourmette se situe au premier étage de ma maison. Un balcon exposé plein sud offre un solarium de choix aux chats. Seuls deux d'entre eux se risquent à en descendre en sautant et en s'accrochant au chèvrefeuille dont la pousse est contrôlée pour ne pas atteindre ce balcon. J'ai souvent vu Gourmette y rejoindre Dumbo qui semble être son chat préféré. Je l'ai toujours vue rentrer précipitamment dans la maison quand je me suis approchée du balcon et regagner un lieu plus sûr.

Vous l'avez compris, Gourmette est restée totalement "sauvage"... enfin ...elle a refusé de se "socialiser" ou se "sociabiliser" à tel point que lorsqu'il a fallu l'emmener chez le vétérinaire pour la faire stériliser j'ai dû utiliser une trappe de capture ! Comme j'avais enfermé ses compagnons dans la cuisine, la petite futée a compris qu'il y avait quelque chose d'anormal et il a fallu beaucoup de ruse et de patience pour la décider à entrer dans cette trappe !

Septembre 2012... impossible de photographier Gourmette ailleurs que sur les poutres.

Septembre 2012... impossible de photographier Gourmette ailleurs que sur les poutres.

A force de s'évertuer à ne pas l'effaroucher, à faire mine de ne pas la voir, nous avons fini par ne plus faire très attention à elle. Gourmette c'est la chatte des poutres intégrée au décor.

Seulement voilà que jeudi 24 avril je me suis aperçue qu'elle n'était plus là ! Incrédule, je l'ai cherchée partout. Partout c'est le living, la cuisine, la mezzanine. L'estomac noué par l'inquiétude j'ai du me rendre à l'évidence, Gourmette s'est enfuie.

A-t-elle sauté du balcon ? A-t-elle profité d'une des rares fois où la porte du living, mal fermée, a permis aux curieux de se précipiter au rez de chaussée pour voir ce qu'il s'y passe. Se serait-elle dissimulée quelque part alors que je faisais remonter les autres, profitant ensuite de l'ouverture d'une porte qui donne sur le jardin ?

Ces questions restent évidemment sans réponse. Où est-elle ? Depuis combien de jours est-elle partie ? Comment vit-elle ? Elle qui a vécu protégée de tout depuis son plus jeune âge...

Elle est si peureuse que j'ai d'abord pensé qu'elle était restée cachée dans le jardin sans s'éloigner de la maison, la végétation est dense et il y a toujours une gamelle de croquettes accessible sur la terrasse.

Après avoir soigneusement enfermé tous les autres chats, je dispose toutes les nuits une trappe de capture, à l'abri sur la terrasse au cas où elle reviendrait vers ce qui pourrait lui apparaître comme la sécurité. Je veille tard, je dors mal et tous les matins je trouve ma trappe désespérément vide !

Et vous ne savez pas tout ... depuis une semaine, Fétiche est également manquant à l'appel !!!

FÉTICHE capturé chaton le 5 octobre 2010 dans le parc de Bligny... longtemps un peu farouche avec les inconnus, il n'a séduit personne...

FÉTICHE capturé chaton le 5 octobre 2010 dans le parc de Bligny... longtemps un peu farouche avec les inconnus, il n'a séduit personne...

19 janvier 2013 - Fétiche est consigné à la maison où il a très vite pris ses habitudes.

19 janvier 2013 - Fétiche est consigné à la maison où il a très vite pris ses habitudes.

Début janvier 2013 Fétiche s'est fracturé la tête de l'humérus. Cet accident l'a contraint à garder "la chambre", en fait le living-room de la maison de façon à limiter ses mouvements le temps nécessaire à sa réparation.

Fétiche fait partie des chats autorisés à sortir dans le jardin. Jusqu'où va-t-il se balader, je l'ignore. En général il revient le soir. Il lui arrive pourtant de rester deux ou trois jours absent. Bien entendu je pousse un "Ouf" de soulagement quand je le vois revenir, ses yeux jaunes brillants de plaisir.

Je sais, pour l'avoir déjà constaté, qu'il arrive qu'un chat prolonge sa sortie plus loin, plus longtemps. Ce n'est pas pour autant que je suis rassurée. Vais-je revoir Gourmette et Fétiche ?

Quelqu'un s'en est-il pris à eux dans le voisinage, avec une arme ? avec un piège ? Ont-ils été victimes d'un accident ?

J'ai donné un AVIS de RECHERCHE à mes proches voisins, du moins à ceux qui ne sont pas des ennemis des chats... il y en a malheureusement ...

Il m'arrive souvent d'envier les personnes qui ne se soucient pas des animaux, celles qui parfois cèdent au caprice d'un enfant pour accueillir un chat qu'ils abandonneront aux prochaines vacances.

Hélas pour mon malheur je n'appartiens pas à cette espèce !

Rédigé par Monique

Commenter cet article

Raymonde 05/05/2014 20:58

bonsoir ,Mme Arens
quand , je ne voie pas un de mes chats ,moi aussi je me fait du soucis.

joelle 05/05/2014 20:13

Bonjour Monique,
Je souhaite de tout coeur que vos petits protégés réapparaissent ! que de soucis avec ces petites boules de poils qui au demeurant nous apportent tant ! Je peux vous dire que vous avez une soeur jumelle, ne plus avoir à portée de regard mes trois mistigris du jardin me rend malade, heureusement pour moi que leurs copains qui vivent à l'intérieur ne sortent pas. Rien n'est jamais perdu mais l'attente est pénible à vivre.......
Amitiés