Rendons leur dignité aux animaux !

Publié le 22 Mai 2017

De nos jours nous sommes nombreux à trouver inacceptable la présence de dauphins ou d'orques dans des bassins où ils sont exhibés, où ils doivent réaliser des prouesses.  Les zoos où se morfondent, parfois jusqu'à en mourir, des ours, des lions, sont de plus en plus souvent décriés. Des pétitions circulent pour demander la libération des animaux. Les cirques qui présentent des animaux sauvages sont de plus en plus boycottés et critiqués. Mais savez-vous qu'il  n'y a pas si longtemps en France (140 ans) le public se pressait pour examiner des créatures humaines venues d'ailleurs et cela pendant plus de 50 ans. 

 

<<Dès 1874 en Allemagne les exhibitions d’êtres humains ont lieu au zoo d’Hambourg dirigé par Hagenbeck. En France, les exhibitions d’êtres humains se déroulent au jardin d’acclimatation de Paris de 1877 jusqu’en 1931 sous le nom feutré d’« expositions ethnographiques ».

<<Au printemps 1891, cinquante Amazones du Dahomey à Paris sont exhibées au Jardin d'acclimatation de Paris qui reçoit 959 430 visiteurs dont le président de la République Sadi Carnot .

Sur les panneaux d’informations des cages, on indique le lieu où ils vivent, le climat, leur nourriture en rappelant aux visiteurs de « Ne pas nourrir les indigènes ils sont nourris ».>>

 

 

Je connaissais ce fait, sans doute comme la plupart d'entre vous, et aujourd'hui je découvre un article consacré à ce phénomène dont j'ignorais l'ampleur. Je vous invite à lire, il est passionnant. 

 

J'ignore quelles ont été les raisons de la disparition de ces zoos où étaient exhibés des humains, parfois en même temps que des animaux. Est-ce le désintérêt du public ou une prise de conscience collective ? Peut-être l'apparition du cinéma à la fin du XIXème siècle y a-t-elle contribué.  

 

Les humains ont évolué. Aujourd'hui le public de plus en plus nombreux rejette l'utilisation des animaux pour la distraction des humains (zoos et cirques), pour les recherches scientifiques alors qu'il existe des méthodes substitutives et qu'il est reconnu que l'expérimentation sur les animaux est loin d'être fiable. Plus timidement les consommateurs rejettent l'idée de se nourrir du cadavre des animaux. De multiples associations de protection animale se sont créées pour faire évoluer les mentalités.

 

Le travail de ces associations consiste aussi à obtenir le soutien de la classe politique, la conscience collective est insuffisante pour voir disparaître les pratiques cruelles. Il nous faut donc suggérer des lois et obtenir qu'elles soient votées.  C'est la raison pour laquelle, il est utile de consulter les différents candidats aux Elections législatives pour apprécier leur degré de sensibilité sur ces sujets. J'ai commencé cette consultation dans la 4ème circonscription de l'Essonne où est concentrée la majorité de nos Adhérents.  Dans le post suivant je vous communiquerai les premières réponses que j'ai reçues  

Rendons leur dignité aux animaux !

Rédigé par Monique

Commenter cet article

Jean-Marc 22/05/2017 16:03

J'ai lu attentivement l'article mis en lien : passionnant et effrayant à la fois.
Je connaissais des parties de cette (triste) histoire mais réaliser que c'était il y a peu de temps en fait fait bien prendre conscience de cette abomination.
Les zoos, j'avoue ne m'attirent pas. Enlever un animal de son milieu est une épreuve et de quel droit le fait on ? Après je sais qu'il existe des arguments en faveur de "parcs" et de préservation de certaines espèces.
Oter un animal de son milieu, non. Maintenant je ne sais que penser en ce qui concerne un animal né en captivité et qui est certainement incapable d'autonomie dans le biotope d'origine de ses ancêtres.
Mais une cage étroite, un cirque animalier et toutes ces horreurs me mettent en rage.
J'attends de voir les réponses même si je n'habite pas votre région