Un coup de gueule !

Publié le 30 Juillet 2017

Il y a plusieurs mois que je suis, sur Facebook,  les publications d'une association belge :

ASBL SOS Chats - SOS Animaux

 

Ce que je viens de lire ce matin, sous la signature de Lucie, j'aurais pu l'écrire tant le parallèle avec notre association est évident. Mon propre parcours est identique, il y a 34 ans que je suis "entrée en protection animale" et je pense très exactement ce qu'exprime si bien Lucie : 

 

<<Les associations de protection animale ont-elles favorisé le sauvetage par délégation ?

Je m'explique :
Quand je me suis lancée dans la PA, il y a plus de 35 ans je souhaitais juste aider un refuge à sauver des animaux.
J'y ai passé 5 ans comme bénévole, mais il fallait bien se rendre à l'évidence : les chats ne représentaient pas la priorité
Un refuge, c'était mettre des chiens abandonnés en cage et espérer des adoptions
Pour les chats ... pas grand chose, et dans un autre, c'était la suppression d'office

Donc l'évidence était qu'il fallait mettre sur pied une asbl qui s'occuperait des chats et que le meilleur moyen de les aider était de faire stériliser tous ces chats abandonnés pour éviter de futures naissances 
Il y a 30 ans, naissait SOS chats sur base de cette constatation. 
Aucune "ambition" particulière de créer ma propre asso, juste un e nécessité évidente : tout le monde se fichait pas mal du sort des chats

A cette époque, les gens faisaient moins dans la sensiblerie, ils n'étaient pas plus malins, ils ne faisaient pas stériliser leurs chats, mais quand ils avaient des chatons, ils les supprimaient à la naissance 
Oh, ce n'était pas toujours du joli, on les noyait, on les claquait dans un mur, et rares étaient ceux qui se rendaient chez un véto pour que ce soit fait proprement.
Le fait est qu'il y avait moins d'abandons de portées dans les semaines ou mois suivants.

A l'heure actuelle, le monde est bondé d'hypocrites qui font de la sensiblerie alors qu'ils n'ont pas assumé la stérilisation de leur chatte ; "on ne saurait pas faire opérer une gestante, on ne saurait pas faire euthanasier des chatons dont on va de toute façon se débarrasser, sans se soucier de leur devenir"

Après tout, rien de plus simple, on demandera à une association de les prendre en charge et si pas, on ira les fourguer dans un carton quelque part où on ne sera pas vu, ou bien on les distribuera à qui en veut, ça amusera bien les gosses quelque temps, ceux qui les auront "adoptés" prendront eux-mêmes la responsabilité de leur abandon quelques mois plus tard

De nos jours, les gens croient que les associations sont là pour palier tous les manquements, que c'est une "obligation morale" de donner suite à tous les appels à l'aide

On fait des "sauvetages" mais on ne les assume plus, on signale, on prévient et ça suffit à donner bonne conscience. 
On a trouvé ... quoi que ce soit, un vieux part au home ou décède, on déménage et les associations n'ont qu'à intervenir !

Et bien, ce n'est pas comme ça que ça fonctionne, les petites associations n'ont pas les moyens de prendre en charge tous les miséreux, partout et en tout temps
Les subsides quand il y en a sont rares et infiniment insuffisants, on vit de dons et de parrainages, on n'a pas de refuge, on n'a pas suffisamment de bénévoles, on ne sait bien-sûr pas payer de salaires, et on n'a pas de bâtiments adéquats

Alors oui, je pense que la naissance de nombreuses associations a favorisé le désintérêt des gens pour la prise en charge d'un animal en détresse. 
L'égoïsme aidant, on se soucie peu de savoir comment une asso va gérer le problème, il suffit qu'elle "s'en occupe" et basta, on a bonne conscience, on ne s'investit finalement que pendant quelques heures, on a fait sa BA

Et malgré l'obligation de faire stériliser leurs chats, de nombreux particuliers continuent à distribuer ou abandonner de plus belle des chatons de leurs chattes

Plus on avance dans le temps, plus la situation devient catastrophique

Lucie >>

Aucun texte alternatif disponible.

En prenant contact avec Lucie j'ai appris qu'il y a TRENTE ANS qu'elle n'a pas pu prendre une journée de vacances !  

Pour illustrer son propos : "on signale, on prévient et ça suffit à donner bonne conscience."  voici le message envoyé sur ce blog le 27 juillet à 9 heures.  J'en ai pris connaissance hier soir seulement, 29 juillet et bien sûr plus personne ne répond au téléphone :

 

<<Bonjour, l'association ferme ses portes demain soir, et nous avons un chat qui s'est mis sous une poubelle et qui est en train de mourir... que faire ????
Bien cordialement
01.64.91.26.38
 
 
 

-- envoyé par carrefour des solidarites (carrefour-des-solidarites@wanadoo.fr)>>

 

OUI, que faire ?  Carrefour des Solidarités est à Limours (Essonne) où il y a une clinique vétérinaire à 5 minutes. 

OUI, que faire, à part écrire un rapide message pour tenter de se débarrasser du problème ? On notera tout de même que le message se termine par "Bien cordialement". 

 

AU CONTRAIRE DE LA PROTECTION ANIMALE, LA SOLIDARITÉ PEUT PRENDRE DES VACANCES.

 

Un coup de gueule !

Rédigé par Monique

Commenter cet article

Jean-Marc 30/07/2017 12:16

Merci Monique. J'apprécie énormément et MALHEUREUSEMENT cet article
Il ne changera pas quoi que ce soit mais juste il appuie un peu plus là où ça fait mal.
Mais en étant conscient que les lecteurs de nos blogs respectifs ne sont pas la cible idéale.
La plupart sont conscients du problème et font ce qu'ils peuvent à leur échelle.
Courage à vous et à Lucie.
Elle a parfaitement résumé ce que nous ressentons tous.