Publié le 31 Décembre 2013

Anne-Laure, Annick, Ghislaine, Jeannette, Michèle et Monique, les Administratrices de notre association, présentent leurs voeux, pour une très heureuse nouvelle année, à tous les amis des chats où qu'ils soient, membres de notre Association ou non (ce serait tout de même mieux qu'ils le soient ..!)

Je souhaite à tous mes contacts, amis sur Facebook, qui se mobilisent sans ménager leur peine pour secourir les chats du dehors que certains appellent "libres" ... de trouver des familles aimantes pour leurs protégés. Je forme des voeux pour que toutes ces généreuses personnes soient enfin entendues et soutenues par les Pouvoirs publics.

Cliquez sur le lien ci dessous et quand l'image apparaît, un autre petit clic sur le ciel et ... c'est parti !

Rédigé par

Publié le 30 Décembre 2013

Tout comme Marianne du Conte de Noël j'ai recherché, dans le dossier des adoptions, le contrat de Frimousse et j'ai retrouvé ces photos !

Il était vraiment tout petit Frimousse, le chaton grâce à qui "Béatrice" et "Charles" se sont rencontrés.

Il ne pesait pas bien lourd ...
Il ne pesait pas bien lourd ...

Il ne pesait pas bien lourd ...

Rédigé par Monique

Publié le 25 Décembre 2013

Un Conte de Noël pas ordinaire

Ne vous y trompez pas, l'histoire que je vous laisse découvrir est bien un Conte de Noël avec un sapin, des gentilles personnes et des chats car, que serait Noël sans quelques chats autour de nous ? Cependant toute ressemblance avec des personnages existants n'est pas fortuite ...

Note : Pour lire confortablement, il suffit de cliquer sur chaque page et d'utiliser la fonction Zoom avant.

Un Conte de Noël pas ordinaire
Un Conte de Noël pas ordinaire
Un Conte de Noël pas ordinaire
Un Conte de Noël pas ordinaire
Un Conte de Noël pas ordinaire
Un Conte de Noël pas ordinaire
Un Conte de Noël pas ordinaire

Rédigé par Monique

Publié le 22 Décembre 2013

IPANEMA a bien de la chance !

Le 1er décembre j'ai mis en ligne les photos d'une petite boule de poils qui venait d'être capturée dans le parc de Bligny. Ce que je supposais s'est révélé exact, il s'agit bien d'une jeune chatte que nous avons appelée Ipanema. Comme tous les chats "sauvages", en fait des chats apeurés, capturés dans le parc de cet hôpital, elle était destinée à y retourner après sa convalescence. Mais voilà que Laurence, une vraie amie des chats, a vu sa photo sur notre blog et a été touchée en plein coeur par ses grands yeux apeurés...

Commençons par le début.... Il y a peu de temps notre Députée de la 4ème circonscription de l'Essonne et prétendante à la Mairie de Paris a bien fait rire en qualifiant le métro parisien de lieu de charme et en évoquant les rencontres incroyables qu'elle y fait !

J'espère ne pas vous faire rire en vous parlant des très belles rencontres que je fais, non pas dans le métro, mais dans la salle d'attente des vétérinaires ! Forcément les personnes qui fréquentent les cliniques vétérinaires sont soucieuses de la santé de leurs animaux et les conversations s'engagent facilement entre "mères à chats". Il y a aussi les bénévoles des associations de protection animale que je croise souvent, qui sont toutes des personnes généreuses et que j'ai plaisir à revoir.

C'est à la clinique vétérinaire de Morsang sur Orge que j'ai rencontré la délicieuse artiste peintre Sophie Lacko qui nous a offert plusieurs de ses oeuvres, vendues au profit de notre association. Laurence, je l'ai croisée aussi chez un vétérinaire alors qu'elle venait faire examiner un petit chaton tout juste recueilli. Nous avons sympathisé et j'ai eu ensuite l'agréable surprise de trouver un gentil message de sa part, sur notre blog.

C'est donc cette "Laurence amie des chats" qui m'a fait part de son désir d'accueillir Ipanema au sein de sa famille !

J'ai objecté qu'Ipanema est "sauvage". Les adoptants modèle courant souhaitent adopter un chat familier qui ne donnera jamais un méchant coup de griffe ou de dent !

S'il s'avère que jamais Ipanema ne viendra se faire caresser n'est pas un problème pour Laurence ou David, son mari, car ces personnes ne sont pas des adoptants modèle courant.

Tout comme leurs parents, ils se sont toujours occupés de chats des rues, c'est tout naturel pour eux.

Il y a trois jours Laurence est venue chercher Ipanema qui serait hébergée, dans un premier temps, dans une chambre d'amis et qui aurait rapidement le loisir de visiter la maison, d'en décoder les odeurs, d'y mettre ses marques et de se poser où bon lui semblerait.

Notre Ipanema n'a pas tardé à rejoindre la salle à manger et à trouver un lieu sûr : une chaise paillée, sous la table, avec la protection de la nappe...

Notre Ipanema n'a pas tardé à rejoindre la salle à manger et à trouver un lieu sûr : une chaise paillée, sous la table, avec la protection de la nappe...

N'est-ce pas une belle rencontre que celle de Laurence ? Et encore, vous ne savez pas tout. Elle est arrivée les bras chargés de cadeaux en aliments pour nos chats et m'a tout de suite fait part de son désir de devenir membre de notre association. C'est chose faite, une adhésion assortie d'un don généreux.

Alors...si je dois formuler des voeux pour notre association, c'est de faire, pour l'année qui vient, d'autres aussi belles rencontres !

P.S. Il a fallu utiliser le flash pour faire la photo sous la nappe... nous en aurons d'autres des photos que je partagerai avec vous.

Rédigé par Monique

Publié le 21 Décembre 2013

J'ai reçu d'un ami cette jolie carte animée, elle est si mignonne, si attendrissante même pour nous les "grandes personnes" qui aimons les chats et qui avons gardé notre âme d'enfant, que je dois la partager avec vous....

Cliquez sur le lien et dès que vous aurez l'image, cliquez sur le petit coussin rouge et laissez vous séduire.

Joyeux Noël à tous les amis des chats !!

Rédigé par Monique

Publié le 17 Décembre 2013

L'article publié récemment : "Moka super chat !" pourrait être le chapitre 1er et celui-ci serait le chapitre 2.

Je vous écrivais, le 1er décembre, que la liberté ne lui manquait pas et qu'il refusait de sortir de sa cage dont la porte restée ouverte l'invitait à se dégourdir les pattes dans la chatterie.

Mais quelques jours plus tard, jeudi 5 à près de minuit, je constate qu'il n'est plus là ! Envolé... il a utilisé la chatière pour sortir dans l'enclos/aire de jeux. Je le cherche partout, il n'est nulle part. Notre super chat a tout simplement escaladé les grilles pour prendre la poudre d'escampette ! Décidément les chats sont imprévisibles. Me voilà partie à sa recherche dans le jardin... Bien évidemment je ne le trouve pas, il ne répond pas à mon appel. Je me dis qu'il est parti explorer un peu les environs et qu'il ne tardera pas à revenir, mais... il ne revient pas.

Après le grillage du jardin il y a des animaux de ferme et un merveilleux terrain de chasse. Non pas que Moka va chasser la chèvre ou le bouc mais il doit bien y avoir des souris qui feraient des proies providentielles pour un tel chat !

Quatre jours plus tard je parle de lui avec quelques voisins, oui il est noir mais très reconnaissable avec ses oreilles couchées. "Prévenez-moi si vous le voyez ..." Je commence aussi à me demander si l'idée de retourner à Bligny ne lui serait pas venue. Le facteur est aussi alerté, lui qui circule dans toutes les rues de notre village... Six jours après son départ je retourne à Bligny dans le secteur où il vivait. Pas de Moka... combien de jours lui faudrait-il pour y revenir ? Je ne sais pas trop.

Samedi 15, Moka est absent depuis neuf jours, je commence à penser que je ne le reverrai pas et bien sûr je m'en veux d'avoir pris la mauvaise décision. Si, après une période de quelques jours de convalescence, je l'avais reconduit là où il vivait, il y serait encore et patati et patata.. tout est de ma faute.

Je fais un tour au Marché de Noël qui se tient tout à côté de chez moi et je rencontre un des voisins à qui j'avais parlé de Moka.

- "Je l'ai vu votre matou, pas plus tard qu'hier ! Drôlement agressif ! Mais maintenant je ne sais pas où il est parti, je crois qu'il a escaladé le mur qui va chez vos voisins, en face de chez vous ... "

Lesdits voisins sont charmants, ils aiment les chats et en ont recueillis plusieurs. Le soir même je vais explorer leur jardin et j'appelle Moka, sans succès.

Nous convenons de placer une trappe de capture sous l'abri de leur tonnelle de jardin. Je viendrai vérifier plus tard, beaucoup plus tard... Vers minuit, il y a bien un chat dans la trappe, mais pas le bon. Pour la nuit je vais laisser cette trappe ouverte avec des croquettes en abondance car il doit avoir faim notre Moka fugueur.

Demain matin il faudra remettre cette trappe en service et espérer ...Tout est calme dans le voisinage ... Il est minuit passé... Dans la rue, avant de rentrer, je regarde autour de moi et je vois quoi ? Je vois qui ? MOKA tranquillement couché sur le trottoir. Lui aussi me voit et voit la porte de la maison ouverte, il s'y précipite et le voilà qui se roule sur le tapis, qu'il fait des câlins à n'en plus finir, qu'il ronronne. Un vrai bonheur de l'avoir retrouvé !! Mon ami Joël lâche :

- "On ne peut pas remettre ce chat dehors ! " Euh... ben non ...

Je m'étais dit que si je le retrouvais, j'irais le remettre à Bligny où il serait en sécurité à défaut d'être au chaud. Pour le moment, il va retourner dans sa cage, porte fermée cette fois. Il sera temps de décider de son sort demain.

Aie aie... dimanche matin, tout est sens dessus dessous dans sa cage, gamelle de croquettes, gamelle d'eau, bac à litière ! Pour nettoyer ce bazar et éviter qu'il ne joue de nouveau la fille de l'air, je l'amène dans la maison où vivent déjà de trop nombreux chats. Il tâte quelques lieux de repos et en choisit un.

Cette chauffeuse et son boutis fleuri lui semble digne de l'accueillir...

Cette chauffeuse et son boutis fleuri lui semble digne de l'accueillir...

Il fait le tour des lieux et repère le bac à litière, l'emplacement des gamelles. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il est installé !

Les chats de la maison le regardent avec suspicion. Pour Dumbo, notre petit Dumbo recueilli alors qu'il ne pesait que 325 grammes, ce chat c'est un vrai cauchemar ! Moka lui fait carrément peur. Il reste posté sur la mezzanine qui surplombe le living et ne quitte pas l'intrus du regard.

Pauvre Dumbo qui n'ose plus quitter son poste d'observation.

Pauvre Dumbo qui n'ose plus quitter son poste d'observation.

Je ne vous raconte pas d'histoires...Dumbo était minuscule quand nous l'avons accueilli. Un lapin en peluche lui servait de maman de substitution entre ses biberons.

Je ne vous raconte pas d'histoires...Dumbo était minuscule quand nous l'avons accueilli. Un lapin en peluche lui servait de maman de substitution entre ses biberons.

Sans avoir été à l'école ni avoir consulté des articles sur Internet, Dumbo sait d'instinct qu'un chat qui couche ses oreilles sur sa tête est menaçant...ou semble être menaçant. Il n'a jamais vu, non plus, un Scottish Fold.

Il ne faut pas se fier aux apparences... Moka est débonnaire et ne se laisse pas perturber par quoi que ce soit.

Il ne faut pas se fier aux apparences... Moka est débonnaire et ne se laisse pas perturber par quoi que ce soit.

Les chats étant des animaux intelligents je ne doute pas que, tôt ou tard, Dumbo s'apercevra que ce chat à la drôle de tête n'est en rien une menace pour lui...

Mardi 17 décembre, Dumbo est en progrès, le voilà dans l'escalier... le regard toujours rivé sur la bête noire.

Mardi 17 décembre, Dumbo est en progrès, le voilà dans l'escalier... le regard toujours rivé sur la bête noire.

CONCLUSION : Je fais quoi de ce chat ? Je le reconduis à Bligny ? (là je rigole). J'accepte un chat de plus dans la maison ? J'examine vos demandes d'adoption pour lui ? (là je n'ai pas beaucoup d'espoir... mais, on ne sait jamais !).

Rédigé par Monique

Publié le 12 Décembre 2013

La misère des chats est partout

Je n'ai jamais pensé que toute la misère féline était concentrée en Essonne mais depuis que je "fréquente" Facebook j'ai pu mesurer à quel point elle est partout ! Mes nouveaux "Amis" suscitent mon admiration. Ils s'activent sur tous les fronts, signent des pétitions pour améliorer la condition animale dans tous les domaines, partagent les appels à l'aide, courent ici et là pour nourrir, capturer, soigner ... et surtout trouver des familles adoptives pour tous les malheureux qu'ils essaient de sauver.

Aujourd'hui j'ai lu ce que Célia Sylvianne Hoerter, Monitrice éducatrice à l'hôpital en pédopsychiatrie, a écrit pour se présenter :

"Je suis protectrice des chats libres dans plusieurs quartier de ma commune.

Je suis affiliée à deux associations pour pouvoir trapper légalement et ceci en accord ou négociation avec la Mairie, le responsable animaux errants de la police municipale. Je n'ai pas de refuge et les associations ne me prennent pas les chats. Une m'aide en partie pour les stérilisations, l'autre m'a proposé gentiment que l'on fasse deux ou trois collectes alimentaires par an que je partage avec deux autres nourrisseuses.

Je passe par la Mairie pour avoir la possibilité d'intervenir quand les riverains sont réfractaires ( n'ai aucune aide financière de la Mairie). Je négocie et fais de la pédagogie dans les quartiers où j'interviens, interpelle les offices HLM et rappelle les lois. Pour les chatons, je me débrouille pour les placer(mais n'ai pas souvent cette chance) et leur éviter le refuge affilié à la fourrière, sinon je me bats pour le relâcher et soins sur place.

Depuis cet été je me bats et diffuse pour un travail en amont avec une loi concernant la stérilisation obligatoire et j'ai passé mes vacances à contacter toutes les associations. Voilà en gros pour mon Profil. Depuis je suis régulièrement invitée sur les événements de captures pour lesquels je participe en envoyant des courriers aux Mair
es, Préfet, Ministre de l'Agriculture.

Célia"

Il nous en faudrait un peu plus ici des Célia ...

Comme beaucoup de protecteurs/protectrices, elle ne reçoit aucune aide de la Mairie... les Maires préfèrent s'acquitter de leur obligation de traiter les problèmes d'errance des animaux domestiques en passant une convention avec la très détestée SACPA (Service pour l'Assistance et le Contrôle du Peuplement Animal), sans se préoccuper de ce qu'il advient des animaux capturés sur leur commune.

Il y a quelques jours que je ne vous avais pas donné de nouvelles, c'est que j'étais ailleurs...occupée à collecter des caisses en polystyrène pour fabriquer de nouveaux abris pour nos chats du dehors. Comme ils sont méfiants nos chats, il faut les décider à entrer dans ces drôles de boites en y plaçant des petites gamelles appâts bien odorantes. Vérifier ceux des abris dans lesquels le foin est tassé : quand le foin est tassé, c'est gagné !! (nouveau proverbe).

Quand je me glisse sous ma couette bien chaude, j'ai toujours une pensée attristée pour ceux que je ne peux pas accueillir chez moi et qui n'ont que ces abris précaires pour trouver un peu de chaleur.

Les chats qui se jettent sur les gamelles fraîchement disposées à leur intention vivaient à Roinville sous Dourdan. A ma première visite sur ce site j'ai tout de suite remarqué ce chat noir et blanc, borgne et sévèrement handicapé. Depuis trois ans il squatte les meilleurs couchages de ma chatterie et ces temps-ci il couve le radiateur. Il s'appelle maintenant Chamallow, c'est un amour de chat.

Les chats qui se jettent sur les gamelles fraîchement disposées à leur intention vivaient à Roinville sous Dourdan. A ma première visite sur ce site j'ai tout de suite remarqué ce chat noir et blanc, borgne et sévèrement handicapé. Depuis trois ans il squatte les meilleurs couchages de ma chatterie et ces temps-ci il couve le radiateur. Il s'appelle maintenant Chamallow, c'est un amour de chat.

Leur protecteur hospitalisé ne reviendrait plus...les chats n'avaient pas d'autre abri que la caravane sous laquelle ils pouvaient se glisser.  Nous n'avons pas obtenu un article dans le Bulletin municipal de cette commune pour tenter de trouver des adoptants sur place et aucune aide financière ne nous a été accordée pour les frais vétérinaires : stérilisations, tatouages, vermifuges,etc. La Mairie n'a même pas daigné répondre au courrier qui accompagnait le récapitulatif de nos dépenses.  Un grand classique !

Leur protecteur hospitalisé ne reviendrait plus...les chats n'avaient pas d'autre abri que la caravane sous laquelle ils pouvaient se glisser. Nous n'avons pas obtenu un article dans le Bulletin municipal de cette commune pour tenter de trouver des adoptants sur place et aucune aide financière ne nous a été accordée pour les frais vétérinaires : stérilisations, tatouages, vermifuges,etc. La Mairie n'a même pas daigné répondre au courrier qui accompagnait le récapitulatif de nos dépenses. Un grand classique !

TITOU vient de nous quitter ...Il avait aussi été capturé au printemps 2010 autour de la vieille caravane et était resté chez Yvette, généreuse protectrice de Dourdan. Je viens d'apprendre qu'il vient de rejoindre le paradis des chats. Merci à Yvette qui s'est si bien occupée de lui.

TITOU vient de nous quitter ...Il avait aussi été capturé au printemps 2010 autour de la vieille caravane et était resté chez Yvette, généreuse protectrice de Dourdan. Je viens d'apprendre qu'il vient de rejoindre le paradis des chats. Merci à Yvette qui s'est si bien occupée de lui.

Rédigé par Monique

Publié le 5 Décembre 2013

Quand je vous le dis que les chats sont des animaux exceptionnels !! Voici encore une preuve...

Rédigé par

Publié le 4 Décembre 2013

C'est un malheureux chat, bien fatigué, qui est apparu il y a une quinzaine de jours dans le jardin de Christophe habitant d'un hameau de notre village. Il n'était ni castré, ni identifié. Pour tenter de le "retaper" nous l'avons conduit chez notre vétérinaire qui a tout de suite suspecté un cas de PIF (péritonite infectieuse féline). L'examen pratiqué en laboratoire a malheureusement confirmé ce diagnostic.

Christophe qui a recueilli bien d'autres chats avait heureusement pris soin de l'isoler dès qu'il lui a ouvert la porte de sa maison. Contrairement à bien d'autres, cet homme là n'est pas du genre à laisser un chat en détresse à la rue. Cette qualité était peut-être connue du chat qui, se sentant malade, serait venu chercher du secours à cette adresse... Ne serait-ce pas plutôt son propriétaire qui aurait trouvé la bonne solution pour s'en débarrasser ? Non, personne ne me fera croire que c'est par hasard que ce chat est arrivé dans ce jardin là. Saurons-nous jamais la vérité ?

Un chat porteur de cette maladie est contagieux pour ses congénères, aussi nous nous demandions quelle personne généreuse pourrait l'accueillir pour le temps qu'il lui restait à vivre. Nous n'avons pas eu à la chercher cette improbable âme charitable puisque, après avoir avalé de bon appétit son repas de samedi, Pépère s'est endormi pour toujours. C'est Maria qui a eu la tristesse de le découvrir dimanche matin.

Oui Maria et Christophe sont tristes car en si peu de temps ils s'y étaient attachés à ce pauvre Pépère qui, grâce à eux n'est pas mort seul, dans le froid.

C'est un privilège de connaître de telles personnes.

Pauvre Pépère

Ce n'est pas le premier chat malade qui est ainsi "largué" dans notre village. Au mois d'octobre de l'année dernière, quelqu'un n'a pas hésité a déposer, devant la porte de ma maison, sous la pluie, un chat malade, en hypothermie sévère. J'étais absente, c'est une voisine qui l'a découvert et conduit en urgence chez le vétérinaire. Perfusé et placé sur un matelas chauffant, le malheureux n'a pas survécu.

Le 9 août 2010, une adhérente de notre association, habitante de notre village m'a apporté un chat mâle castré, non identifié, dans un état de misère physiologique à faire pleurer ! Si ce chat n'était pas identifié, en revanche notre adhérente et amie connaissait son propriétaire qui laissait la pauvre bête dans la rue depuis toujours ! En dépit des soins intensifs qui lui ont été prodigués chez notre vétérinaire, il est mort le 16 août. Vous vous demandez comment on peut être aussi insensible, moi aussi.

Il n'avait plus que la peau et les os. En souvenir d'un autre chat gris, je l'avais appelé Ashley...

Il n'avait plus que la peau et les os. En souvenir d'un autre chat gris, je l'avais appelé Ashley...

Rédigé par Monique

Publié le 1 Décembre 2013

Nouvelles captures !

C'est toujours la faim ou la gourmandise qui sont à l'origine de nos captures !

Vendredi c'est un gentil chat qui s'est aventuré dans une de nos trappes. Il est affectueux comme tout... A-t-il des propriétaires à Bligny ? Si c'est le cas nous les prions de se manifester. Dans le cas contraire, nous le proposerons à l'adoption. Il est beau et familier...

Jeune, beau et familier, quelqu'un va-t-il nous le réclamer ?
Jeune, beau et familier, quelqu'un va-t-il nous le réclamer ?

Jeune, beau et familier, quelqu'un va-t-il nous le réclamer ?

Hier, samedi c'est une petite boule de poils furieuse que nous avons capturée ! Belle et attendrissante avec ses grands yeux apeurés... Demain, chez le vétérinaire !

Mâle ? Femelle ? à première vue je dirais jeune chatte... nous en saurons plus demain !
Mâle ? Femelle ? à première vue je dirais jeune chatte... nous en saurons plus demain !

Mâle ? Femelle ? à première vue je dirais jeune chatte... nous en saurons plus demain !

Rédigé par Monique