Publié le 31 Mai 2014

"ABANDONNER, c'est tuer lentement"

Auto-collants et communiqué de presse. Tel est le message délivré, cette année, par la Confédération Nationale des SPA de France, organisme auquel notre association est affiliée depuis 24 ans.

Communiqué de Presse largement diffusé.

Communiqué de Presse largement diffusé.

Contrairement à d'autres associations essonniennes également affiliées à la CNSPA, la notre ne dispose pas d'une structure "refuge" pour accueillir les abandonnés. Il n'entre pas non plus dans notre objet de faire fonctionner un refuge.

Notre objet détaillé dont vous pourrez prendre connaissance à l'accueil de ce blog -fichier format PDF- prévoit en premier lieu de stériliser des chats afin d'éviter leur prolifération.

Pour mieux remplir sa mission notre Association aimerait recevoir plus d'aide financière mais aussi, et surtout, davantage de personnes présentes sur le terrain !

Vous trouverez, sur le site de la CNSPA, la liste des associations qui gèrent ou non des refuges, classées par départements.

Hélas, les refuges essonniens affichent bien souvent "COMPLET" et nombre d'animaux abandonnés finissent leurs jours à la fourrière gérée par une société commerciale, la SACPA. De plus en plus de Municipalités signent une convention avec cette société pour se débarrasser du problème que représente l'errance des animaux, sans se soucier de leur devenir. Ces municipalités pourraient, par exemple, collaborer avec les associations qui oeuvrent pour limiter la prolifération féline. Celles qui le font sont encore bien peu nombreuses... il n'y en a aucune dans notre Communauté de Communes.

Merci du soutien que vous apporterez à chacune des associations qui oeuvrent dans leur domaine de compétence. Votre geste évitera peut-être à quelques animaux de mourir à la fourrière.

"ABANDONNER, c'est tuer lentement"

Rédigé par Monique

Publié le 27 Mai 2014

Tout a été mis en oeuvre pour sauver ce jeune chat, resté enfermé accidentellement pendant trois semaines. Je vous ai raconté cette histoire samedi dernier alors que je venais de le déposer dans un état critique chez notre vétérinaire.

Sa température, qui était de 32°6 à son arrivée, était remontée grâce au matelas chauffant et à la lampe, il avait avalé spontanément un peu de nourriture reconstituante.

Lundi matin j'avais appris que son état était préoccupant mais que l'équipe formidable de Morsang-sur-Orge ne baissait pas les bras. J'attendais des bonnes nouvelles pour vous les transmettre avec la photo que Fleur ou Priscilla allait m'envoyer.

Hélas, nous ne vivons pas dans un Conte de Fée, nous sommes dans la vraie vie. L'organisme de notre petit chat avait subi trop de dommages du fait du manque de nourriture et d'eau et n'a finalement pas résisté.

Lundi soir il était très faible et ce matin il est parti au paradis des chats.

Lundi soir il était très faible et ce matin il est parti au paradis des chats.

Le petit chat s'en est allé...

Samedi soir le Docteur Grosset lui avait déjà donné un nom et son sauvetage lui tenait beaucoup à coeur. Je sais qu'il est triste comme le sont les super-infirmières gentilles et compétentes qui ont pris soin de lui.

Pour nous consoler nous devons penser qu'il n'a pas été torturé comme beaucoup le sont et sa mort a été douce. Il a été victime d'un moment d'inattention de ceux qui ont refermé la porte de leur maison sans s'apercevoir qu'il y était entré.

Tous les jours des affaires d'atrocités commises sur des chats circulent dans la presse papier ou numérique, vous voulez des exemples ?

Un appel à témoin est lancé pour retrouver l'auteur de cet acte de barbarie !

Un appel à témoin est lancé pour retrouver l'auteur de cet acte de barbarie !

APPEL À TÉMOIN, CITÉ de LA LACHE à ROUX - CHARLEROI !! Ce matin vendredi 18 avril, ce pauvre MINOU est tombé entre les mains d'un ou plusieurs tortionnaires qui lui ont crevé un œil et coupé le bout de son nez, il est chez le vétérinaire en ce moment. Il n'allait jamais bien loin, aux alentours de la rue Novale. Sa maîtresse veut retrouver celui ou ceux qui lui ont fait ces atrocités !! Si vous connaissez l(es) auteur(s) de cet acte ou avez des renseignements, vous pouvez contacter ERIKA MASSART au numéro suivant : 0498 /61.77.75
Plainte sera déposée auprès de la police d'ici peu. Merci de partager un maximum pour retrouver ce(s) criminel(s)

Ce sont là deux exemples récents parmi tant d'autres.

Que dire aussi du sort des pauvres animaux qui ont servi de jouets aux enfants et qui se retrouvent à la rue à l'heure des vacances, désorientés, effrayés avant de finir sous les roues d'une voiture ou à la fourrière pour y attendre une mort légale.

Il y a aussi les chats qui ont été les compagnons fidèles et discrets de personnes âgées. Au cours de mes trente années d'engagement dans le domaine de la protection animale, combien d'appels ai-je reçus des héritiers de telles personnes qui acceptent volontiers de s'encombrer d'oeuvres d'art, de bijoux, d'une maison mais certainement pas du chat !

- Si vous ne le prenez pas, je le mets dehors ! C'est vot' boulot de le prendre ! (chantage)

Dans le meilleur des cas, ces chats indésirables se retrouveront dans un refuge d'où personne ne viendra les sortir car ils sont trop vieux. C'est finalement la piqûre d'euthanasie qui les délivrera de cette triste vie.

Tiens... en parlant d'héritier ...

Il y a deux jours, le commentateur anonyme d'un récent article de ce blog, écrivait ceci :

<<A vous lire, il semble exister une marche immense à gravir pour passer du statut d'ami des chats à celui d'ami des hommes. Ne faudrait-il pas pourtant commencer par là ?
Or que voyons-nous ? Ça crache, ça griffe, ça mord.
"Quelle sauvagerie chez ces bipèdes !" doivent se dire, à Bligny comme ailleurs, les
amis des hommes que sont les chats.
PG>>

Même pas un prénom, juste des initiales et bien entendu pas non plus le courage de laisser son adresse mail, notre commentateur qui se fend d'une platitude à la noix. Nous les protecteurs nous connaissons ce discours : "Ceux qui aiment les bêtes n'aiment pas les gens... bla ...bla...bla".

S'il reste tapi dans l'ombre à attendre le moment d'écrire une autre remarque du même genre, qu'il apprenne que les amis des chats font le tri des hommes (et des femmes) qui deviendront leurs amis ou qui le resteront. Leur tendresse inconditionnelle, ils la donnent aux animaux faibles et malmenés, pas à n'importe quel bipède au prétexte qu'il est humain.

Ceux qui prennent plaisir à faire souffrir les animaux, qui se délectent de spectacles d'horreur comme le sont les corridas, ceux qui jettent leurs animaux comme des mouchoirs usagés, ceux qui battent la campagne le fusil à la main pour traquer des animaux qui ont de plus en plus de mal à survivre, ne sont pas mes amis et ne le seront jamais.

Si un môme qui, après avoir torturé un chat avec de l'acide, lui avoir crevé les yeux et l'avoir finalement achevé en le faisant exploser avec des pétards introduits dans ses orifices - j'ai relaté un tel fait divers il y a peu de temps - pouvait se faire sauter la tronche ou y perdre une main, je n'irais pas pleurer sur son sort.

Oui, ça crache, ça griffe, ça mord quand un "impétueux" s'en prend à la réputation de notre association.

Oui, pendant 90 ans les chats de Bligny ont pu se dire avant de rendre l'âme "Quelle sauvagerie chez ces bipèdes". Il faut s'en souvenir, pendant quatre vingt dix ans les chats de Bligny qui avaient été abandonnés dans le parc de cet hôpital ou qui étaient nés de parents abandonnés étaient empoisonnés sur place et parfois même achevés à coups de pelle avant d'être enterrés, leurs corps recouverts d'une couche de chaux.

Alors aujourd'hui les chats de Bligny doivent se dire qu'ils sont cools les AMIS DES CHATS qui leur procurent des abris confortables et de la nourriture de qualité depuis vingt quatre ans.

Rédigé par Monique

Publié le 26 Mai 2014

Samedi je vous ai raconté l'histoire d'un jeune chat tigré que j'avais du conduire en urgence chez notre vétérinaire de Morsang sur Orge. Je vous ai dit aussi que ma première pensée quand ce chat, resté enfermé trois semaines, a été évoqué, a été pour Gourmette, ma petite chatte perdue depuis un mois. (voir l'article "Les chats de toutes nos inquiétudes")

Eh non ce jeune chat mâle, non castré, non identifié n'a de commun avec Gourmette que la couleur de la robe.

Hier, en début de soirée, alors qu'il commençait à faire un peu sombre, que voyons-nous sur le muret qui délimite la terrasse ? Vous avez deviné : un chat tigré de petite taille qui miaule à fendre l'âme.

Gourmette !! ça ne peut-être que Gourmette ! Nous sommes renforcés dans notre certitude car ce chat, comme Gourmette, ne se laisse pas approcher. Branle-bas pour faire entrer tous les chats dans la chatterie car il est clair qu'il faudra une trappe pour tenter de mettre la main sur cette petite bête tigrée qui n'arrête pas de miauler. Il vaut mieux éviter que notre cible voit d'autres chats se faire prendre.

Il ne faut pas moins de dix minutes pour faire rentrer Tigrou, Nougat, Heidi, Brigand et Mango. Bouillotte et Volute ne veulent rien savoir ! Tant pis, mettons cette trappe en service. Pour faire bonne mesure, j'en dispose deux !

Comment voulez-vous regarder tranquillement la télévision pour suivre la soirée électorale quand il faut surveiller deux trappes de capture ?

Finalement notre "cible" ne nous a pas trop fait attendre car elle devait avoir bien faim. J'ai hésité... fallait-il la libérer dans mon living-room qu'elle connaît bien et lui permettre de retrouver ses marques ou la mettre dans une cage, pour pouvoir l'examiner et éventuellement la conduire chez notre vétérinaire qui pourrait s'assurer de son identité en contrôlant son tatouage et son état de santé.

Pour ne pas la traumatiser par un passage en cage, nous préférons la libérer dans le living-room, celui avec les poutres, perchoir privilégié de Gourmette.

Est-ce bien toi Gourmette ?

Est-ce bien toi Gourmette ?

Gourmette ou pas Gourmette ?

Gourmette ou pas Gourmette ?

Gourmette "l'authentique"

Gourmette "l'authentique"

Ce qui entretient un léger doute c'est que la chatte capturée hier n'est pas remontée sur ses poutres, se couche là où Gourmette ne s'est jamais installée pour dormir et se laisse approcher - pas trop tout de même - un peu plus que Gourmette ne l'a jamais fait.

Il faut dire que cette chatte est amaigrie et visiblement fatiguée.

Alors, ne boudons pas notre plaisir et disons qu'un mois après sa disparition, Gourmette est de retour !

Rédigé par Monique

Publié le 24 Mai 2014

A tout instant il se passe quelque chose "chez nous", comme aux Galeries Lafayette !

14 h 30 on sonne à ma porte, c'est une dame de mon village qui demande de l'aide pour un chat qu'elle vient de trouver <<en train de mourir>> dit-elle !

Elle explique que son mari est venu tondre le jardin il y a trois semaines autour de cette maison encore inhabitée mais presque terminée. Ils viennent de découvrir un chat de petite taille, tigré, d'une effrayante maigreur à l'intérieur de la maison et comme il n'y a aucun moyen d'y entrer, c'est qu'il y est depuis trois semaines sans manger et sans boire !

Le chat est couché sur le siège arrière de sa voiture et je pense immédiatement qu'il s'agit de Gourmette, ma petite chatte tigrée disparue depuis un mois ! Vite j'attrape une cage de transport et quand je l'y dépose je vérifie rapidement ses oreilles. Il n'y a pas de tatouage, ce n'est pas Gourmette ! C'est en tout cas un chat qu'il faut conduire immédiatement chez notre vétérinaire situé à vingt kilomètres de la maison. J'ai demandé qu'on veuille bien le prévenir de mon arrivée avec cette petite chose qui aura besoin d'être prise en charge immédiatement.

Heureusement qu'il n'y a pas trop de trafic ... et je ne vais pas perdre mon temps à regarder l'indicateur de vitesse de ma voiture, j'ai assez à faire à surveiller le chat qui n'émet aucun son, qui ne bouge plus du tout.

Il me rappelle une autre pauvre chatte trouvée moribonde dans le parc de Bligny, abandonnée par une association de protection animale après qu'elle ait passé sept mois dans la salle de bains d'une responsable de cette association, en vue d'y être socialisée, elle et sa soeur. Comme cette personne partait en vacances, elle n'avait rien trouvé de mieux que d'aller faire un "lâcher de chats" dans le parc de Bligny. Ces deux chattes avaient été capturées chatons et n'avaient pas appris à survivre dans la nature. Par chance l'une d'elle a été repérée rapidement et a pu être récupérée dans une trappe par nos soins. L'autre est allée se cacher dans un abri de jardin d'où elle avait la possibilité de sortir, mais elle s'y est terrée en attendant qu'on vienne la nourrir comme elle l'avait été dans la salle de bains pendant si longtemps.

A Morsang-sur-Orge, en dépit des soins d'urgence qu'elle a reçus, elle est morte vingt minutes après son arrivée...

C'est ce souvenir qui a donné des ailes à ma voiture. Lorsque l'assistante du vétérinaire l'a sorti de la cage, il ne tenait pas sur ses pattes - oui c'est "il" un jeune mâle non castré et non identifié. Je l'ai tenu pendant qu'il recevait une première petite perfusion. Avant de s'assurer des raisons de son état, il ne fallait pas trop le perfuser au risque de diluer son sang s'il souffrait d'anémie.

Priscilla l'a installé dans une cage et je suis repartie sachant qu'il était dans les meilleures mains qui soient.

16 H 40 j'ai appelé la clinique vétérinaire pour avoir des nouvelles. La température corporelle de notre jeune chat était, prise juste après mon départ, de 32°6 ! Pour ceux qui l'ignorent la température normale d'un chat est de 38°5. Il a été placé sur un matelas chauffant, sous une lampe, et deux heures plus tard, la température est remontée doucement à 34 °. Ce qui nous permet d'espérer le sauver c'est qu'il a trouvé la force de manger un tiers du sachet de la nourriture qui lui a été proposée.

Si tout va bien, je n'aurai pas d'autres nouvelles avant lundi. Demain la clinique est fermée mais le Docteur Grosset viendra s'occuper de notre petit rescapé.

Que dire de plus ? Je n'ai pas de photo à vous montrer, j'espère en avoir une d'ici lundi. Une photo où nous le verrons assis, encore faible mais sur la bonne voie.

A suivre ...

Rédigé par Monique

Publié dans #Perdu-Trouvé

Publié le 23 Mai 2014

Elections européennes - Faites le bon choix

Vous avez peut-être déjà fait votre choix. Si ce n'est pas le cas vous serez sans doute intéressé par les informations contenues sur le site politique-animaux.

Rédigé par Monique

Publié le 22 Mai 2014

Y'a de la menace dans l'air ...

Un précédent article publié le 18 mai, intitulé l'Héritier, a fait réagir violemment une personne qui, pour le dire simplement, "a pris la mouche". Pourtant cet article était uniquement le préambule à ma légitime protestation, que j'ai voulue publique, contre une mention diffamatoire voire injurieuse écrite sur l'enveloppe d'un de nos courriers refusé. Une telle mention porte atteinte à notre réputation et ne pouvait être passée sous silence.

Si vous ne l'avez pas encore fait, je vous invite à lire cet article que notre "mécontent" a commenté trois fois ! Une fois hier soir, deux fois aujourd'hui.

Hier soir, je lui ai promis une réponse détaillée à son commentaire. La voici :

Monsieur,

Le 18 mai j’ai publié sur le blog de notre association un article intitulé L’Héritier. Il évoque, d’une manière générale, le ressenti des enfants qui perdent leurs parents ou qui voient s’approcher le jour où ils les perdront.

Il y a déjà des années que j’ai perdu les miens et j’ai vécu assez longtemps pour avoir été témoin du comportement indigne de certains enfants. J’ai entendu, interloquée, des réflexions comme celles que je cite dans mon article. En aucun cas tout ce qui est écrit ne peut s’appliquer à vous que je ne connais pas, avec qui je n’avais jamais parlé avant que vous ne m’appeliez deux fois hier le 21 mai. Je n’ai pas non plus reçu des confidences de votre père dont j’aurais pu m’inspirer. Mes relations avec ce dernier ont toujours été écrites et n’ont jamais dépassé le cadre de l’activité de notre association.

Je vous laisse le loisir et la responsabilité de vous reconnaître dans cet article puisqu’il semble que ce soit le cas. En effet dans votre premier commentaire publié hier sur notre blog vous écrivez “Il est inadmissible que vous me jugiez ainsi dans votre billet”.

La fin de mon article évoque l’abus de faiblesse dont sont parfois victimes des personnes âgées et dont les enfants ont le devoir de les protéger.

Si j’ai évoqué l’abus de faiblesse c’est bien parce que c’est ce dont vous avez accusé implicitement notre Association. Et de quelle manière ! Vous mettez l’accent sur l’âge de votre père et son état de faiblesse, vous évoquez des appels “de ce genre” mais de quel genre s’agit-il Monsieur ? Vous terminez ce bref message par “Veuillez maintenant cesser de nous importuner” phrase assortie de trois points d’exclamation. Veuillez “maintenant” ... ? Est-ce à dire que nous vous avons déjà importuné par le passé ?

Vous protestez dans votre commentaire d’hier contre le terme d’héritier. A plusieurs reprises, quand j’ai utilisé ce terme, je l’ai mis entre guillemets. Le terme héritier ne signifie pas forcément que les parents d’une personne ainsi désignée soient décédés. Quand la Cour d’Angleterre annonce la naissance d’un héritier, en l’occurrence le petit George, cela implique-t-il que ses parents soient morts ? Non.

N’avez-vous pas hérité du patrimoine génétique de votre père, de son nom, peut-être de certains traits physiques ? Ce qui m’apparaît c’est que vous n’avez pas hérité de son comportement, de sa générosité et de sa courtoisie.

Rien dans ce que vous avez écrit sur cette enveloppe refusée n’indique si vous êtes un homme ou une femme. Quel terme devais-je utiliser ? L’enfant ? Le rejeton ? qui est synonyme d’héritier et qui s’applique aussi bien à un homme qu’à une femme. Rejeton est un mot qui appartient dans ce cas de figure au langage familier, vous n’auriez pas apprécié non plus que je l’utilise.

Si j’ai publié sur le blog l’image scannée du billet qui annonçait le renouvellement spontané de la cotisation de votre père pour l’année 2013, sans masquer sa signature c’est qu’elle est illisible quoi que vous en disiez. C’est aussi parce que j’y avais ajouté la mention manuscrite de la somme reçue : 50 €, le numéro du reçu fiscal établi et la date de l’émission du chèque : 22/11/12 c’est à dire bien avant l’envoi du bulletin destiné à solliciter le renouvellement des cotisations. Ce billet est la preuve que votre père n’a pas été harcelé ni importuné pour nous apporter son chaleureux soutien.

Vous écrivez le 21/05 sur le blog sous “Vercez” que je me sers de la publication de ce billet de votre père pour, je vous cite, << m’en servir contre son fils>>. C’est encore une étrange interprétation.

Les trois commentateurs de cet article, Suzanne, Joëlle et Yvan, sont des adhérents de notre association. Ils ne vous calomnient nullement, ils fustigent, comme je l’ai fait la façon dont vous avez traité notre association. Quand, la première, Suzanne écrit <<L’héritier(e) ne ressemble pas au père ! >> Elle n’a pas tort. Ils commentent aussi les comportements de certains enfants décrits dans mon article.

Toutes les critiques vous concernant, que nous formulons tous les quatre, ont trait aux accusations non fondées que recèle le commentaire écrit sur l’enveloppe refusée.

Toujours dans votre commentaire d’hier, sous “Vercez” vous indiquez avoir reçu, en fin d’année, chaque jour un nombre incalculable d’appels aux dons, dont celui de notre association et avoir renvoyé tous ces courriers avec la mention “refusé”.

Sachez, Monsieur, que la carte de voeux envoyée à nos adhérents avec le bulletin de cotisation l’a été au mois de janvier 2014 et que ce courrier ne nous a pas été renvoyé. Tout ce qui suit dans votre pitoyable tentative de vous justifier est infondé en ce qui nous concerne. Vous mettez l’accent sur les frais de courrier réponse que vous avez voulu éviter à votre père. Notre papier à en-tête comporte un numéro de téléphone, notre carte de voeux indique l’adresse de notre blog qui permet de nous contacter gratuitement, la convocation à notre A.G. fait état de mon adresse mail personnelle. Vous auriez pu utiliser gratuitement ces modes de communication.

Une fois de plus je me dois de rétablir la vérité :

Au mois de janvier 2009 votre père a sollicité notre association pour faire stériliser un chat mâle entier. Ce chat a été stérilisé et tatoué par le Docteur Nudelmann le 20 janvier 2009. Il nous en a coûté 59 euros. Un comprimé de Milbemax (vermifuge) comme celui qu'il a reçu coûte 6,60 €.

Une bénévole de notre association s’est chargée de conduire le chat chez ce vétérinaire de Saint-Arnoult en Yvelines, d’aller l’y rechercher, a assuré sa convalescence et l’a reconduit chez votre père le 14 février. C’est ce jour là que votre père a adhéré à notre association en versant la somme de 50 euros. Personne ne l’y a obligé.

Personne ne l’a non plus obligé à renouveler son adhésion comme il l’a fait régulièrement les années suivantes et parfois avant même de recevoir une sollicitation de notre part.

Votre père aura donc versé entre février 2009 et novembre 2012 un total de 227 € à notre association. Il a reçu pour 200 € de reçus fiscaux quand il les a demandés en cochant les cases prévues à cet effet. Il a pu ainsi bénéficier de 132 euros de déduction fiscale.

Le chat stérilisé par nos soins, à sa demande, et l’aide apportée pendant cinq ans à notre association ne lui aura donc coûté en tout et pour tout que 95 € ! De quoi effectivement s’émouvoir.

Le 20 mars 2014 je lui ai régulièrement envoyé une invitation à notre Assemblée Générale prévue le 12 avril. J’aurais été en défaut si je ne l’avais pas fait puisque notre adhérent a payé sa cotisation pour l’exercice 2013. Au cours de ces Assemblées les Administrateurs rendent compte de leur gestion. C’est une obligation légale que nous respectons.

Notre règlement intérieur, déposé comme nos Statuts en Sous-préfecture de Palaiseau, prévoit que les cotisations de l’exercice en cours peuvent être versées jusqu’au 30 septembre. C’est ce qui a été indiqué sur le petit billet joint à l’invitation. (voir notre article précédent).

Le Siège de notre Association est domicilié en Mairie de Fontenay les Briis. C’est là que le courrier est envoyé. Ainsi le facteur dépose au Secrétariat la pile des lettres destinées aux Associations fontenaysiennes qui ont également leur siège en Mairie. Le “dispatching” est effectué par le secrétariat de Mairie. C’est là que j’ai récupéré le 16 mai la lettre refusée, envoyée le 20 mars.

Par combien de mains est-elle passée ? Combien de personnes ont pu lire votre commentaire calomnieux, injurieux qui porte atteinte à notre bonne réputation en évoquant un abus de faiblesse dont nous nous serions rendus coupables ?

Ce que je retiens par ailleurs c’est que vous avez détourné un courrier qui ne vous était pas adressé. Clairement ce n’est pas son destinataire qui a refusé notre lettre. (voir ci-dessous ce qui est prévu par la Loi).

Vos deux commentaires ajoutés aujourd’hui sur notre blog sous “l’héritier” me font sourire. Ils n’augmentent pas votre capital sympathie Si vous désirez déposer plainte à la Gendarmerie, comme vous l’évoquez, faites-vous plaisir.

A votre place, ce que je ferais, c’est présenter des excuses car on ne perd jamais la face en reconnaissant avoir fait une erreur d’appréciation. Vous pourriez aussi adhérer à notre association pour mettre un terme en beauté à cette malheureuse “affaire” ! Vous auriez là une belle occasion d’affirmer que vous n’avez rien de commun avec ces héritiers détestables décrits dans mon article du 18 mai.

Je vous souhaite une bonne fin de journée.

Monique ARENS, Présidente

Nous ne gaspillons pas l'argent de nos adhérents ! Cette carte faite "maison" a été envoyée avec un bulletin d'Adhésion/Cotisation 2014 à nos adhérents au mois de janvier.

Nous ne gaspillons pas l'argent de nos adhérents ! Cette carte faite "maison" a été envoyée avec un bulletin d'Adhésion/Cotisation 2014 à nos adhérents au mois de janvier.

Intercepter un courrier qui ne vous est pas destiné, ce qu'en dit la Loi :

Art. 226-15. — Le fait, commis de mauvaise foi, d'ouvrir, de supprimer, de retarder ou de détourner des correspondances arrivées ou non à destination et adressées à des tiers, ou d'en prendre frauduleusement connaissance, est puni d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende. Est puni des mêmes peines le fait, commis de mauvaise foi, d'intercepter, de détourner, d'utiliser ou de divulguer des correspondances émises, transmises ou reçues par la voie des télécommunications ou de procéder à l'installation d'appareils conçus pour réaliser de telles interceptions.

Si notre courrier nous avait été retourné, avec la simple mention "REFUSÉ", nous aurions pensé que ce retour était du fait de son destinataire, notre Adhérent. Nous en serions restés là.

Un Adhérent doit-il payer sa cotisation ? Bon à savoir...

A l'Article 6, nos statuts prévoient que la qualité de Membre se perd par :

a) la démission

b) le décès

c) la radiation prononcée par le conseil d'administration pour non-paiement de la cotisation ou pour motif grave, l'intéressé ayant été invité par lettre recommandée à se présenter devant le bureau pour fournir des explications.

Nous n'avons pas reçu la démission de Monsieur V.

A priori il n'est pas décédé.

Notre Conseil d'Administration n'a pas prononcé sa radiation. Il est donc toujours membre. Pour quel motif aurions-nous du nous dispenser de lui envoyer une invitation à notre Assemblée Générale ?

Pour la petite histoire. Au cours de l'année 2009 - année où Monsieur V. a fait appel à nous- notre association s'est occupée de 100 nouveaux chats - sans compter les chats stérilisés les années précédentes et dont beaucoup étaient encore à la charge de notre association.

Nos frais vétérinaires/pharmacie se sont élevés à 14 241,86 €

Nos achats de nourriture pour chats " " à 9 738,91 €

Les sommes reçues au titre des Adhésions/Cotisations = 4 294,00 €

Les sommes reçues au titre de don = 12 807,10 €

Heureusement que le Conseil Général, bien conscient des services rendus à la Collectivité, nous aide financièrement.

Rédigé par Monique

Publié le 18 Mai 2014

L'héritier

Dans un parcours de vie normal chacun d'entre nous voit s'éteindre ses parents. Cette perte est sans doute ressentie de différentes manières. Nous sommes nombreux à pleurer sincèrement ces parents qui ont su si bien nous protéger, consoler nos pleurs, nous conseiller, entendre nos confidences sans jamais nous juger, qui ont été les éléments forts de notre vie. Quel que soit notre âge, ces disparitions nous donnent le sentiment affreux que nous sommes désormais orphelins et que personne ne nous sépare plus de notre propre mort.

Pour la plupart d'entre nous, la perte de nos parents laisse un vide sidéral que rien ne viendra jamais combler.

Pour d'autres, la perspective de la mort des parents représente une somme d'argent rapidement disponible et la possibilité de réaliser de vieux rêves. Alors, dès que les parents prennent de l'âge, les charmants enfants estiment que ce n'est plus la peine de faire refaire la prothèse dentaire qui blesse un peu la gencive de mamie, plus la peine d'investir dans la prothèse auditive qui permettrait tout de même "au vieux" de participer davantage aux conversations. Acheter une robe de chambre ? - Celle qu'elle a fera bien l'affaire jusqu'au bout ... Lui offrir de nouvelles chaussures ? - Pour ce qu'il marche !!!

Ces enfants là veillent au grain ! Ah mais, pas question de dépenser le précieux argent à tort et à travers au risque de voir se briser les rêves de l'Héritier !

Que des enfants s'assurent que leurs vieux parents ne soient pas victimes d'abus de faiblesse, c'est un devoir. Nous avons tous entendu des histoires de personnes âgées qui achètent à prix d'or un équipement dont ils n'ont nul besoin parce qu'un vendeur peu délicat a réussi à franchir leur porte et à leur faire signer un gros chèque.

ABUS DE FAIBLESSE ... c'est en quelque sorte ce dont nous venons d'être accusés par "l'Héritier ou l'Héritière" de Monsieur H.V. membre de notre association depuis 2009. Jugez plutôt ...

"Mon père 85 ans et faible..." Y aurait-il une tentative d'abus de faiblesse d'une personne âgée dans le contenu de cette enveloppe non ouverte...!!

"Mon père 85 ans et faible..." Y aurait-il une tentative d'abus de faiblesse d'une personne âgée dans le contenu de cette enveloppe non ouverte...!!

Que contenait-elle cette enveloppe brutalement refusée ??

Tout simplement l'invitation à notre Assemblée Générale, la même qui a été envoyée à tous les Membres qui se sont acquitté de leur cotisation en 2013. Vous pouvez revoir cette lettre d'invitation publiée sur ce blog le 21 mars.

Il arrive que des Amis des chats me demandent s'ils sont ou non à jour de leur cotisation. Pour ceux de nos adhérents qui n'avaient pas encore réglé celle de l'année 2014, un simple rappel était joint à cette invitation. Voyez vous-mêmes ...

L'héritier

Pour lire ce rappel il faut ouvrir l'enveloppe, ce que n'a pas fait "l'Héritier" que nous avons IMPORTUNÉ !!

Je n'aime pas que notre Association soit traitée avec un tel mépris, comme une organisation malhonnête qui aurait soutiré des <<sommes considérables>> à une personne faible. Pour "remettre les pendules à l'heure" j'ai adressé un courrier à Monsieur H.V. mais aura-t-il le loisir de le lire ? L'héritier veille ...

L'héritier
L'héritier
A la demande de "l'Héritier" car c'est bien d'un héritier et non d'une héritière qu'il s'agit j'ai rendu invisible la signature de notre adhérent sur ce petit billet, signature qui était, au demeurant, illisible.

A la demande de "l'Héritier" car c'est bien d'un héritier et non d'une héritière qu'il s'agit j'ai rendu invisible la signature de notre adhérent sur ce petit billet, signature qui était, au demeurant, illisible.

Rédigé par Monique

Publié le 16 Mai 2014

Combien y en a-t-il de "maitres" de chats qui refusent de faire stériliser leur chatte ? Si l'on en juge par le nombre de chatons jetés dans les poubelles, abandonnés sous une haie ou sur le parking d'un supermarché, ils sont innombrables.

C'est une évidence, tous les chatons qui naissent en vagues successives à partir du printemps, ne trouveront pas preneurs ! Certains mourront de faim, de soif, livrés à eux-mêmes.

D'autres feront l'objet de jeux cruels imaginés par des enfants aussi tarés que leurs parents !

Certains seront conduits dans des refuges dont les responsables ne sont pas des faiseurs de miracle ni des fabricants d'adoptants. Dans de nombreux refuges les plus petits, incapables de se nourrir, seront euthanasiés à l'arrivée car personne ne dispose d'assez de temps pour les faire boire au biberon. D'autres chatons perdront très vite leur apparence de jolies petites boules de poils susceptibles de faire craquer une famille et passeront de longs mois en captivité avant d'être mis à mort pour faire de la place à de nouveaux arrivants.

Quel sera le sort de ces cinq là trouvés sous une haie dans une résidence à Breuillet en Essonne ? Visiblement pour avoir une chance de survivre ils devront être nourris avec du lait maternisé... Qui voudra d'eux ???? Si c'est vous qui me lisez, laissez moi vite un message.

Cinq malheureux chatons à l'avenir plus qu'incertain, comme des milliers d'autres.
Cinq malheureux chatons à l'avenir plus qu'incertain, comme des milliers d'autres.
Cinq malheureux chatons à l'avenir plus qu'incertain, comme des milliers d'autres.
Cinq malheureux chatons à l'avenir plus qu'incertain, comme des milliers d'autres.

Cinq malheureux chatons à l'avenir plus qu'incertain, comme des milliers d'autres.

Rédigé par Monique

Publié dans #A Adopter

Publié le 16 Mai 2014

VOLTAIRE a disparu

Il y a maintenant dix jours que Voltaire n'est pas revenu chez lui, chez moi où il a été accueilli au mois de janvier 2005 après avoir échappé à une campagne d'empoisonnement sur le parking d'un supermarché.

Mon inquiétude est grande car Voltaire est le troisième chat qui disparaît de mon domicile de Fontenay-les-Briis depuis moins d'un mois.

GOURMETTE disparue depuis le 23/24 avril 2014

GOURMETTE disparue depuis le 23/24 avril 2014

FÉTICHE disparu depuis le 23 ou 24 avril 2014

FÉTICHE disparu depuis le 23 ou 24 avril 2014

Rédigé par Monique

Publié dans #Perdu-Trouvé