Publié le 27 Avril 2014

Il y a quelques jours je vous ai raconté comment Brigitte avait découvert quatre chatons au pied de son immeuble.

Si vous avez bien suivi les nouvelles de ces petits rescapés vous savez qu'elle les a conduits chez notre vétérinaire et qu'elle s'est chargée de les soigner pour en faire des chatons bien jolis et en bonne santé avant d'être confiés à des familles adoptives.

Voici, à la suite, les photos annoncées...

Trois petites chattes ont pris possession d'une pièce de l'appartement de Brigitte

Trois petites chattes ont pris possession d'une pièce de l'appartement de Brigitte

Elle n'a pas encore de nom.... en 2014 les chats ont des noms qui commencent pas "J"...Dernière nouvelle : cette jolie petite est RÉSERVÉE !

Elle n'a pas encore de nom.... en 2014 les chats ont des noms qui commencent pas "J"...Dernière nouvelle : cette jolie petite est RÉSERVÉE !

Une autre petite chatte

Une autre petite chatte

La troisième chatoune ...toute tigrée, toute mignonne

La troisième chatoune ...toute tigrée, toute mignonne

Et pour finir, le petit mec !

Et pour finir, le petit mec !

Notre Brigitte travaille à Bligny et déjà plusieurs de ses collègues se sont manifestées ...
Il faudra juste un peu de patience pour repartir avec le chaton de son choix.

Rédigé par Monique

Publié dans #A Adopter

Publié le 25 Avril 2014

Une balade dans les bois...ça vous tente ?

Vous êtes sportif, vous aimez la marche à pied et les chats ... Charger trois ou quatre bouteilles d’eau et quelques kilos de croquettes dans votre sac à dos ne vous fait pas peur.

Si vous répondez à ces critères vous avez le profil pour participer cet été aux tournées de nourrissage de nos chats dans le parc du C.M. de Bligny.

Mais si vous aimez les chats et pas la marche à pied, vous pouvez aussi rejoindre l’équipe des nourrisseurs en faisant la tournée des points de nourrissage avec votre voiture ! Bien entendu l’Association fournit les croquettes, vous aurez juste à remplir d’eau fraîche les bouteilles vides que vous aurez conservées.

Ils sont des dizaines à compter sur nous. La plupart ne se laisse pas approcher mais si vous flânez un peu dans le parc vous en découvrirez un ou deux dans une flaque de soleil ou à moitié dissimulés derrière un buisson, ne perdant rien de vos faits et gestes.

Faites profiter vos enfants ou petits-enfants de la balade, ils prendront plaisir à se rendre utiles en secourant des chats sans maître. Essayez de photographier les chats de vos rencontres et envoyez-nous vos photos qui seront publiées sur ce blog.

Pour vous inscrire sur le planning des nourrisseurs laissez nous un message en utilisant la fonction “Contact”.

Ce chaton qui se dissimule dans les branches est une aquarelle de Yuliya Podlinnova. Vous trouverez des oeuvres de cette artiste sur ebay. Visitez YULIYA'S STUDIO et faites votre choix.

Ce chaton qui se dissimule dans les branches est une aquarelle de Yuliya Podlinnova. Vous trouverez des oeuvres de cette artiste sur ebay. Visitez YULIYA'S STUDIO et faites votre choix.

Rédigé par Monique

Publié le 22 Avril 2014

Chatons à sauver !  et dernières nouvelles ...

Quatre chatons et leur mère vivent au pied d'un immeuble à Arpajon. Brigitte qui les a découverts s'est proposée de les conduire chez notre vétérinaire car certains ont les yeux collés, probablement par une atteinte de corysa.

Brigitte a aussi accepté de les accueillir chez elle pour les soigner en attendant des adoptants sérieux !

Une famille pour la maman serait aussi la bienvenue. Avant de la faire stériliser nous attendrons de savoir si les chatons peuvent se passer de son lait.

Certes cette photo, prise au cours du week-end, n'est pas très "parlante", c'est, pour le moment, la seule dont je dispose. D'autres suivront si les chatons sont encore présents aujourd'hui, si aucun chien ou des personnes malveillantes ne les ont tués.

JEUDI 24 avril

Brigitte me fait savoir qu'elle a recueilli les quatre chatons hier en fin d'après-midi et les a conduits chez notre vétérinaire. Ils souffrent de corysa et Brigitte se charge de les soigner. Il y a 3 filles et 1 garçon.

Le vétérinaire estime qu'ils ont à peine un mois et demi. Ils seront adoptables dans un mois.

Brigitte fera des photos de chacun d'eux au cours du week-end. Elles seront mises en ligne dès réception.

Rédigé par Monique

Publié dans #A Adopter

Publié le 20 Avril 2014

ATTENTION, une chatte tigrée...

... peut en cacher une autre !

A Evry, depuis longtemps, Maria nourrit des chats sans maître dans la rue. Plusieurs ont déjà été capturés et après stérilisation/identification ils ont été conduits dans des refuges de province qui acceptent des chats "inadoptables" contre un don généreux !

Il en restait une que Maria a appelé Bonita, une jolie chatte tigrée sauvageonne qui résistait à toutes les tentatives de capture et, bien sûr, nous redoutions qu'elle ne finisse par mettre au monde une portée de chatons qui ne seraient découverts que trop tard pour être doucement "endormis" par notre vétérinaire et qui viendraient grossir le lot des chats malheureux de la rue !

Ouf mercredi soir la trappe disposée par Maria, contenait la chatte tigrée qui lui donnait tellement d'inquiétude ! Conduite chez le vétérinaire, elle n'a pu être opérée et identifiée que vendredi matin. Fouzia et Marie-France qui avaient multiplié, avec Maria, les tentatives de capture attendaient avec impatience les nouvelles en provenance du vétérinaire. Bonita avait-elle déjà mis bas quelque part, auquel cas des chatons risquaient de mourir de faim s'ils n'étaient pas rapidement découverts.

Jeudi soir Marie-France a entraîné son mari dans une inspection minutieuse des lieux fréquentés par cette chatte où elle aurait pu cacher sa progéniture. Ils n'ont rien trouvé et pour cause ... Vendredi matin c'est une ovariohystérectomie qu'a du pratiquer notre vétérinaire.

Personne n'aime avoir à éliminer des chatons qui allaient naître quelques jours plus tard, nos vétérinaires se sont donné pour mission de protéger la vie, de soigner et pas de pratiquer ce genre d'interventions.

Que faire d'autre ? Les propriétaires de chattes non stérilisées inondent "le marché" avec des chatons à donner et nous n'ignorons pas qu'il n'y aura pas assez d'adoptants pour les chatons qui seront nés au cours du printemps et de l'été.

Vendredi j'ai ramené Bonita chez moi. Dans la cage de convalescence elle s'est installée dans le bac à litière et a décidé de faire ses besoins dans le couchage ! Cette attitude est caractéristique des chats qui ont toujours vécu dans la nature, il faut en général plusieurs jours avant qu'ils ne comprennent le bon usage de chaque élément mis à leur disposition.

Rien de tel qu'un bac rempli de litière végétale pour se reposer.

Rien de tel qu'un bac rempli de litière végétale pour se reposer.

Alors, voila donc Maria et nos "trappeuses" rassurées puisque la question "Bonita" est réglée.. La seule qui s'inquiète encore c'est moi : que vais-je faire d'elle, si peu sociable pour ce que j'ai pu en juger depuis vendredi ?

Mais l'histoire ne s'arrête pas là, ce n'était que la fin d'un chapitre. Hier soir, samedi, Maria voit... qui ? Bonita en train d'attendre sa gamelle habituelle ! Eh oui la "vraie" Bonita !

Elle ne s'était pas montrée pendant quelques jours... peut-être le temps de mettre bas dans un endroit discret et de s'occuper de ses bébés nouveaux nés avant d'être tenaillée par la faim et de revenir vers son "restaurant" habituel.

Les protecteurs - plus souvent les protectrices - de chats n'ont jamais de répit. Avant d'entreprendre de nouvelles tentatives de capture de cette chatte si futée, il va falloir chercher d'éventuels chatons dans des cachettes improbables...

Cent fois sur le métier remet ton ouvrage... car c'est en "trappant" qu'on devient trappeur !

C'est en cherchant qu'on devient chercheur et c'est en s'occupant de chats de la rue qu'on devient chèvre et qu'on perd le sommeil !

Rédigé par Monique

Publié le 19 Avril 2014

Samedi dernier, le 12 avril, les membres de notre Association étaient invités à participer à l'Assemblée générale annuelle qui se réunissait à la Mairie de Fontenay les Briis.

Au cas où de nouveaux adhérents viendraient rejoindre les habitués, nous avions fléché le parcours en plaçant une affichette sur la porte de la Mairie...

Rassurant... non ?

Rassurant... non ?

Vous voyez, pas de quoi avoir peur...

Vous voyez, pas de quoi avoir peur...

Comme elle le fait depuis des années, Annick s'était chargée d'acheter des boissons, peu ou même pas alcoolisées du tout, des petits fours frais, secs... Comme toujours elle avait définitivement perdu les tickets de caisse de ses achats. Si cette Annick là n'est plus administratrice de notre association, elle n'en reste pas moins proche par le coeur. Tous nos adhérents juniors sont ses petits-enfants, y compris le petit dernier âgé d'à peine deux mois. C'est dire...

On sort les verres...on met les roses (apportées par Annick) dans un vase...Jetez un coup d'oeil sur le plafond...l'année prochaine le nouveau bâtiment "Les Marronniers" pourra sans doute nous accueillir, tout pimpant, tout beau !

On sort les verres...on met les roses (apportées par Annick) dans un vase...Jetez un coup d'oeil sur le plafond...l'année prochaine le nouveau bâtiment "Les Marronniers" pourra sans doute nous accueillir, tout pimpant, tout beau !

Notre Conseil d'Administration était au complet : six personnes et les autres Membres sont arrivés...SIX en tout ! D'où mon titre : une Assemblée en petit comité.

Seulement six, mais la crème de la crème, six personnes parmi les plus actives, cinq fidèles et une Marie-France, nouvelle adhérente dont nous avons eu le plaisir de faire connaissance. Une Marie-France "trappeuse de chats" exceptionnelle, pas à Bligny (hélas elle habite trop loin) mais notamment à Orly où de nombreux chats sont errants en grand danger.

Une ombre de tristesse est pourtant venue assombrir cette journée ensoleillée. Christiane, une autre nouvelle adhérente qui avait découvert notre association lors d'un séjour au C.M. de Bligny m'avait envoyé un petit message pour annoncer sa venue. Elle nous disait sa joie de nous rencontrer, tant elle appréciait notre activité à Bligny.

Hélas, Ghislaine qui habite Breuillet, comme Christiane, avait appris son décès brutal survenu la veille.

Douze participants au total pour notre Assemblée, c'est peu. Cela voudrait-il dire que notre activité n'intéresse qu'une poignée de personnes ? Je ne le crois pas puisque nous avons déjà enregistré cent trente deux cotisations ou adhésions pour l'exercice 2014.

La meilleure explication la voici : certains de nos fidèles adhérents habitent loin de l'Essonne : Bergerac, Crépy en Valois, Nice, St Julien de Concelles (région de Nantes), St Jean de Fos, Reims, Authuille (en Picardie), Saint-Malo, Germignac (en Charente-Maritime), Abergement la Ronce (dans le Jura), Pluduno (charmant village de Bretagne) et bien d'autres à Paris, bien sûr et en région parisienne.

Ceux de nos adhérents plus proches géographiquement nous connaissent bien, ils savent que nous faisons toujours de notre mieux et ils n'éprouvent pas le besoin de venir contrôler l'usage que nous faisons des dons qu'ils nous envoient généreusement.

Qu'ils participent ou non à nos Assemblées, du fond du coeur nous les remercions de nous soutenir avec autant de générosité, et pour beaucoup, de fidélité.

Nathalie venait de terminer sa tournée de nourrissage des chats de l'hôpital. Nathalie fidèle aux chats depuis les toutes premières années!

Nathalie venait de terminer sa tournée de nourrissage des chats de l'hôpital. Nathalie fidèle aux chats depuis les toutes premières années!

Un seul homme au milieu des "bonnes femmes à chats" et quel homme ! Comment aurions-nous fait sans lui pour ouvrir les bouteilles ?

Un seul homme au milieu des "bonnes femmes à chats" et quel homme ! Comment aurions-nous fait sans lui pour ouvrir les bouteilles ?

Rédigé par Monique

Publié le 17 Avril 2014

Nouveau statut juridique de l'animal...

Ne nous réjouissons pas trop vite ...

Il y a probablement des Députés qui ne servent pas à grand-chose. Ce n'est pas le cas de Madame Geneviève Gaillard, vétérinaire, Députée des Deux-Sèvres, très précieuse alliée de la protection animale. Je vous invite à prendre connaissance de son avis sur le sujet débattu le 15 avril à l'Assemblée nationale;

Le 16 janvier 2014, j'ai attiré votre attention sur sa proposition de loi n° 1608 visant à supprimer toute exception à la punition des sévices graves envers les animaux domestiques, apprivoisés ou tenus en captivité. Vous en trouverez le texte en relisant cette publication du mois de janvier.

Vous trouverez d'autres réactions sur le site "Politique & animaux" que je vous suggère de placer dans vos favoris pour vous tenir informé, au jour le jour, des prises de positions de nos Elus.

Rédigé par Monique

Publié le 16 Avril 2014

La Fondation "30 Millions d'Amis" a lancé une pétition qui a recueilli des milliers de signatures pour obtenir la modification du statut de l'animal jusqu'à maintenant qualifié de "bien meuble".

Il semble que la voix des milliers de signataires ait été entendue par l'Assemblée Nationale.

A suivre ...

Rédigé par Monique

Publié le 8 Avril 2014

Municipales : avez-vous fait le bon choix ?

Les conseils municipaux ont été élus les 23 et 30 mars 2014. 30millionsdamis.fr fait le point sur les prérogatives du maire dans le domaine de la protection animale.

Chien errant, chat libre, cheval sur la voie publique, trottoirs recouverts de déjections, financement de la fourrière locale… Les missions de la municipalité recouvrent des réalités très diverses dès lors que l’on parle d’animaux, domestiques ou sauvages. Ce sont également les édiles qui définissent la place qu’ils accorderont à l’animal dans leur cité. Loin de ne concerner que les propriétaires des animaux ou les amoureux de la faune sauvage, leurs décisions concernent tous les habitants puisque d’elles dépend le « vivre-ensemble ». A une écrasante majorité (94,9 %), les internautes qui se sont exprimés à travers un sondage lancé sur 30millionsdamis.fr, considèrent que la position de leur candidat sur les thématiques de l’animal influence leur choix.

Ordre, sûreté et salubrité publique

Dans sa commune, le maire dispose d’un pouvoir de police en matière de divagation des animaux selon le Code rural et le Code général des collectivités territoriales. Lui incombent donc la prise en charge des animaux errants et leur gestion. En général, les municipalités passent des conventions avec des associations qui s’engagent à s’occuper des animaux qui n’ont pas de propriétaires, à l’instar des chats libres, ou à les prendre en charge en attendant leur adoption. C’est l’édile qui définit aussi la politique de lutte contre la prolifération d’animaux considérés comme nuisibles, comme les pigeons avec, comme option, la stérilisation.

J'ignore où la Fondation 30 Millions d'amis a trouvé l'information selon laquelle les municipalités passeraient, en général,  des conventions avec les associations qui s'occupent des animaux sans propriétaires. Ce n'est pas du tout le cas dans notre Communauté de Communes. Les plus petites communes ne semblent pas être confrontées à des problèmes d'errance d'animaux, d'autres ont passé une convention avec la SACPA et ne se préoccupent nullement de ce qu'il advient des animaux entrés en fourrière. Seule la commune de Limours, la plus importante de notre CCPL, dispose de sa "fourrière" personnelle. Notre association ne reçoit l'aide d'aucune de ces Municipalités quel que soit le nombre des interventions que nous y avons menées. 
A ma connaissance de plus en plus de Municipalités concluent des conventions de fourrière avec cette Société commerciale : SACPA. Il est tellement plus facile de confier le soin de ramasser les animaux dits errants à une telle société que de composer avec une association de protection animale, tout comme on fait appel, sans plus d'état d'âme, à des sociétés de "dératisation" ou de "désinsectisation". 
(M.Arens)

En tant que garant de l’ordre, de la sûreté et de la salubrité publique, c’est également au maire de proposer, notamment, l’installation de bacs de propreté, de sacs à déjections et de réserver aux animaux de compagnie des endroits dédiés, comme une portion de plage ou un parc canin.

Dans cas d’urgence, le maire peut prendre un arrêté administratif qui lui permet de saisir un animal sans attendre l’intervention de la préfecture. Ces mesures sont prises à titre provisoire. Attention cependant : le maire peut agir pour faire cesser des nuisances qui pourraient résulter de mauvaises conditions de détention d’animaux (nuisances sonores, odeurs pestilentielles…). Ces pouvoirs sont limités aux questions de salubrité ; il ne peut donc pas ordonner de mesures motivées par un seul souci de protection des animaux (article L. 124-16 du Code Rural, NDLR).

A savoir : l’interdiction de certaines attractions sur l’espace public - comme les cirques avec animaux sauvages - relève des prérogatives de la mairie. Ainsi, les municipalités de Bagnolet (93), Montreuil (93) ou encore Creil (60) ont interdit les cirques avec animaux sur leur commune (liste complète disponible sur le site de Code Animal. En revanche, ce sont les services de la préfecture qui contrôlent ces structures itinérantes, et qui sont donc compétentes pour relever les éventuelles infractions.

Nombreux moyens d’action

Comme dans les domaines de l’environnement, la politique en faveur de l’intégration de l’animal dans la ville est définie par l’équipe municipale. Lors des élections, certains candidats font des propositions en ce sens et leur programme témoigne - ou non - d’une volonté d’amélioration des conditions de vie des animaux : en diffusant des informations sur la réglementation et les moyens concrets de protéger les animaux, en faisant connaître les associations de protection animale, en finançant des fermes pédagogiques qui sensibilisent les plus jeunes, en organisant des cours d’éducation canine, en veillant à la préservation de la biodiversité sur son territoire… Les moyens d’action sont nombreux !

Tous les ans à l’automne, la Fondation 30 Millions d’Amis récompense, par l’octroi de son Ruban d’Honneur, une ville qui s’est illustrée dans la protection des animaux et dans la valorisation de ces derniers dans l’espace urbain. Yerres (91), Avignon (84), Dinard (35) ou encore Fontenay-sous-Bois (93) ont été récompensées. Toutes les municipalités qui ont pris des initiatives innovantes en faveur de la cause animale qui rendent leur ville plus accueillante pour nos 30 Millions d'Amis peuvent adresser leurs dossiers de candidature à

: Fondation 30 Millions d'Amis - Ruban d'Honneur 2014 / 75402 Paris Cedex 08.

Source / Fondation 30 Millions d'Amis

Au mois de décembre 2009, c'est la ville de Yerres et son Maire Nicolas Dupont-Aignan qui étaient mis à l'honneur par la Fondation 30 millions d'Amis.

Oui mais, pour faire le bon choix encore fallait-il l'avoir ce choix !

Dans nombre de communes une seule liste était présentée aux suffrages. Dans les Communes de moins de 1000 habitants, les votants avaient encore la possibilité de rayer les noms de personnes connues pour être des adversaires de la protection animale.

Vous le savez, dans les communes de plus de 1000 habitants qui ne présentaient qu'une seule liste, les électeurs étaient appelés à voter sans possibilité de panachage et sans pouvoir rayer un nom.

La Commune de Fontenay-les-Briis où se situe le siège de notre association était dans ce dernier cas et sur cette liste unique figurent des personnes qui ont agi à l'encontre de notre association. De plus, le programme affiché de cette liste souligne son intention de soutenir et d'encourager les associations sportives et culturelles... la protection animale ne saurait être encouragée dans cette Commune.

Résultat du scrutin : sur 1371 inscrits >>>> 543 votes exprimés ! 50,55 % d'abstentions ! 9,85 % de bulletins blancs ou nuls.

Le choix des Fontenaysiens se résumait à élire l'intégralité de cette liste unique ou s'abstenir.

J'ai fait le bon choix.

Rédigé par Monique