Publié le 30 Janvier 2015

Quand la SPA parisienne jette l'argent !

La SPA parisienne n'est pas ma tasse de thé et cela depuis longtemps. En fait depuis que je me suis intéressée à son fonctionnement au début des années 80, quand il était question que le département de l'Essonne construise un refuge animalier pour en confier la gestion à cette SPA parisienne.

Si le sujet vous intéresse, je vous conseille la lecture de deux articles qui sont consacrés à l'ARCHE Essonne. Il suffit de taper le mot "ARCHE" dans la cartouche, en haut à droite, marquée Recherche.

Pas vraiment accueillant le refuge de Gennevilliers de la SPA ! La photo ci-dessus a été copiée sur "Google Map", elle date du mois d'août 2014.

La porte photographiée en 2010...

La porte photographiée en 2010...

Pas d'argent pour acheter un pot de peinture et repeindre cette porte écaillée depuis des années ? On pourrait le croire...

La dernière lubie de la très médiatique Présidente de cette SPA vient de tomber ! Changement du célèbre Logo qui identifiait jusqu'à présent la SPA parisienne et ses filiales.

Nouveau visuel qui a fait disparaître les animaux ... Dans quel but ?

Nouveau visuel qui a fait disparaître les animaux ... Dans quel but ?

De l'article de "Planeteanimaux", je relève ce passage :

Dans ce même entretien d’ailleurs, Natacha Harry évoquait les difficultés à différencier les refuges de sa SPA, de ceux de la Confédération SPA : « Lors de sa création en 1845, la Société Protectrice des Animaux n’a pas protégé son nom. La SPA historique fondée en 1845 est la seule association pouvant utilisée le sigle SPA sans autre précision. Les autres refuges ou association de protection animale peuvent utiliser ce sigle à partir du moment où leur localité d’implantation est précisée, ce qui n’est bien évidemment pas suffisant pour éviter la confusion », y expliquait-t-elle.

Ce commentaire me fait bien sourire car la confusion déplorée par Natacha Harry a bien souvent été exploitée par la SPA parisienne ! Quoi de mieux pour faire croire au public que tous les refuges de France, désignés par l'appellation "SPA", appartiennent à "La SPA" et convaincre les amis des animaux de rédiger leur testament en faveur de cette SPA !

Lorsqu'un procès à opposé la SPA parisienne (fondée en 1845) et celle de Lyon (fondée en 1853), le Tribunal a estimé que le sigle "S.P.A". n'était pas susceptible d'appropriation car il ne fait que désigner une activité, celle des Sociétés de Protection Animale.

Du fait de son antériorité, la SPA parisienne a, en effet, été autorisée à utiliser le sigle seul alors que les autres SPA doivent situer le lieu de leur activité. A noter que toutes les associations (avec ou sans refuge), notamment celles évoquées par Natacha Harry, qui se sont regroupées au sein de la Confédération Nationale des S.P.A. de France, portent souvent un nom qui ne reprend pas le sigle SPA : "Les Amis des Bêtes" à Dijon ..."Protection des Animaux en détresse" à Nargis..."Nos Amies les Bêtes" à Saint-Dizier et ... Les Amis des Chats de Bligny !

Avec beaucoup d'opiniâtreté, Elizabeth Leblay, dénonce toutes les dérives de la SPA parisienne qu'elle connaît bien. Si vous avez une connexion avec Facebook, ne vous privez pas d'aller visiter sa page "Spa Facilitateur" ... Vous ne serez pas déçu(e).

Tant bien que mal mais avec tout le poids de son argent (peut-être le vôtre), la SPA parisienne s'emploie à faire taire cette courageuse personne. Payer des avocats pour poursuivre ses détracteurs, ou couvrir d'or un "créateur" de LOGO sont des dépenses qui ne font pas reculer Natacha Harry ! Et s'il ne reste rien pour améliorer les refuges ou soigner les animaux, ce n'est pas grave !

Rédigé par Monique

Publié le 29 Janvier 2015

Adieu petit Bambou

Bambou (juillet 2007) tel que je me souviendrai longtemps de lui ...

Même si on y est préparé, c'est toujours douloureux de les voir mourir.

Hier matin, mercredi 28 janvier, j'ai du faire endormir cet amour de chat et l'après-midi même je suis allée le faire incinérer. Il laisse un grand vide.

Bambou était l'ami de tous les chats, petits et grands...ici avec Flint

Bambou était l'ami de tous les chats, petits et grands...ici avec Flint

... avec la petite Gipsy, recueillie à Bligny

... avec la petite Gipsy, recueillie à Bligny

Rédigé par Monique

Publié le 27 Janvier 2015

URGENCE chatte en fourrière !

Voici le texte qui la concerne vu sur le site Facebook "A SORTIR D'URGENCE DE FOURRIERE REGION PARISIENNE"

<<LE 22.01 NOUVELLE LISTE FOURRIERE REGION PARISIENNE COTE "" A "" ATTENTION ETANT EN COLLECTIVITE L'ETAT SANITAIRE PEUT EVOLUER SURTOUT POUR LES CHATONS ....DERNIER DELAI LE 28.01.2015 AU MATIN

n° 1208 chatte tortie tabby blanc au poil mi long de 5
ans coryza sociable>>

Ne la laissons pas mourir en fourrière !

27 janvier 2015 - ELLE EST RÉSERVÉE PAR UNE ASSOCIATION QUI EN SORT SOUVENT DE FOURRIERE ! Si vous souhaitez l'adopter, contactez :

lamaisondesanimaux77@gmail.com

Rédigé par Monique

Publié le 26 Janvier 2015

GRISOU

Depuis plusieurs semaines ce gentil chat errait au Val Saint-Germain. Yvonne qui le nourrit s'est rendue à l'évidence, il n'a pas de domicile fixe, personne ne se soucie de lui.

Elle l'a ramassé et conduit chez un de nos vétérinaires partenaires à Saint-Arnoult en Yvelines.

A part une petite infection urinaire qui a bien été soignée, Grisou va bien. Il a été castré et identifié au nom de notre association. C'est un chat très affectueux, jeune et beau. Voyez par vous-même ...

Il s'appelle désormais GRISOU. Il a besoin d'une famille aimante.

Il s'appelle désormais GRISOU. Il a besoin d'une famille aimante.

Mars 2015 ... Le temps passe mais GRISOU ne semble pas vouloir devenir un chat familier ...

THALIA

C'est Marie-France, Adhérente de notre association qui a recueillie cette adorable chatte à Chilly-Mazarin, où elle errait, malade.

Voici THALIA dont l'âge estimé est d'environ 8 ans- Non elle n'a pas les yeux qui s'allument ...

Voici THALIA dont l'âge estimé est d'environ 8 ans- Non elle n'a pas les yeux qui s'allument ...

THALIA (ainsi nommée par Marie-France) souffrait d'un pyomètre qui mettait sa vie en danger. Vous saurez tout sur cette pathologie en cliquant sur le lien ci-dessous.

Aujourd'hui Thalia est en convalescence chez Raymonde, une des responsables de notre association qui m'a envoyé cette nouvelle photo.

Marie-France et Raymonde s'accordent à dire que cette chatte est particulièrement affectueuse et ne comprennent pas qui a pu avoir le coeur de la mettre dehors. Elle mérite une bonne famille qui lui fera oublier cet épisode sombre de sa vie.

La colerette pour l'empêcher de lécher sa cicatrice...Elle va bien.

La colerette pour l'empêcher de lécher sa cicatrice...Elle va bien.

Thalia débarrassée de sa colerette - le 27 janvier

Thalia débarrassée de sa colerette - le 27 janvier

Enfin on voit ses beaux yeux bleus !

Enfin on voit ses beaux yeux bleus !

MISE A JOUR DU 3 FEVRIER ... THALIA EST ADOPTÉE !

GRIGRI

C'est une famille de Sainte-Geneviève des Bois qui l'a accueilli alors qu'il quémandait de la nourriture et un abri. Ces personnes se désolent car elles ne parviennent pas à le faire cohabiter avec leurs deux chats. Je leur donne "la parole" ... enfin, je vous communique le message envoyé à leurs amis :

<<Nous avons essayé de faire cohabiter nos 2 chats avec un chat abandonné adorable et touchant.

Nous avons tenu bon depuis novembre, mais ils se battent de plus en plus et nous devons les séparer sans arrêt.

Le SDF est surnommé Grigri, c'est un chat adulte, nous l'avons fait castrer. Il est gentil, joueur, tendre et câlin très intelligent, il comprend et obéit. Il est même touchant, s'il se sent rejeté il part dans le jardin et attend dehors d'être rappelé pour revenir. Il a dû être chassé régulièrement avant de venir chez nous, il était maigre et demandait de l'aide.

Il a vécu dans une famille et il a perdu cette famille, nous avons pensé à une personne âgée partie en maison de retraite ou disparue. Il n'a ni puce électronique ni tatouage, peut-être 4 ans. C'est un chartreux et gris, propre, il ne griffe rien dans la maison.

Il est jaloux et notre chat aussi, ils se battent et se blessent, nous voulions le garder, il est exceptionnel, nous en sommes très tristes, mais nous devons le placer nous n'avons pas d'autre solution, le pire pour serait de devoir le placer en refuge type SPA.

Si vous ne pouvez pas le prendre peut-être connaissez-vous quelqu'un qui le prendrait.

Merci pour votre aide

Amitiés

Laurence >>

GRIGRI ...gentil, joueur, tendre, câlin ...

GRIGRI ...gentil, joueur, tendre, câlin ...

Y aura-t-il parmi les lecteurs de ce blog, quelqu'un qui répondra à l'appel de Laurence ?

Nous attendons vos propositions pour ces trois chats... Utilisez la fonction CONTACT pour laisser vos coordonnées.

Merci pour eux.

MISE A JOUR : 27/01/15 - GRIGRI a trouvé une famille !!!

Rédigé par Monique

Publié dans #A Adopter

Publié le 21 Janvier 2015

HARRIET

Quand les mauvaises nouvelles de nos protégés s'accumulent, il est réconfortant d'en recevoir des bonnes !

Ceux qui suivent les péripéties de notre association se souviennent peut-être de ces deux chats livrés à eux-mêmes à Morsang-sur-Orge. La dame qui les nourrissait un peu chez elle et un peu à l'extérieur de sa maison était entrée en maison de retraite, les mauvaises herbes poussaient dans le jardin et les chats quémandaient leur nourriture auprès des voisines compatissantes. Nous étions au mois de novembre 2012.

Le chat souffrait un horrible cancer de la face. Quand nous avons pu le capturer, notre vétérinaire n'a pas eu d'autres choix que de l'endormir paisiblement. Sa compagne était très peureuse et présentait un petit handicap...

La petite peureuse n'a que trois pattes et une ébauche de patte en guise de membre antérieur gauche

La petite peureuse n'a que trois pattes et une ébauche de patte en guise de membre antérieur gauche

Il avait fallu bien des allers et retours à Morsang-sur-Orge pour parvenir à la capturer !

En convalescence après son passage obligé chez le vétérinaire ...

En convalescence après son passage obligé chez le vétérinaire ...

Par le biais de notre réseau d'amis protecteurs de chats, nous avions trouvé une adorable jeune femme pour adopter notre jeune protégée que nous avions appelée Harriet (c'était l'année des H).

Peu de temps après, Virginie, notre adoptante, nous avait envoyé quelques photos d'Harriet qui continuait de faire la sauvageonne, passant plus de temps dans le jardin qu'ailleurs, là où on est à l'abri, là où il fait chaud ...

Ah ... qu'y-a-t-il de mieux qu'un coin de jardin ? Attends ma belle... tu vas peut-être le découvrir !

Ah ... qu'y-a-t-il de mieux qu'un coin de jardin ? Attends ma belle... tu vas peut-être le découvrir !

Il y a quelques jours, j'ai reçu des nouvelles fraîches de notre ex sauvageonne :

<<Bonjour Monique , en ces temps difficiles, je viens vous donner de très bonnes nouvelles de notre Harriet, elle est maintenant installée à la maison, un matin elle est venue miauler devant la baie vitrée, j'en ai profité pour lui faire plein de câlins et l'ai prise dans mes bras . Elle s'est laissée faire sans problème, alors je l'ai rentrée à la maison en l'installant d'abord au calme dans la véranda et en lui laissant une porte ouverte au cas où elle préférerait retourner dehors ...et bien mademoiselle à trouvé que c'était bien mieux de rester au chaud, elle ne mets donc plus une patte dehors !! Elle adore la compagnie des loulous . Je l'ai faite opérer cet été d'une grosseur sur la tête et maintenant tout va bien !! Encore merci de m'avoir permis de l'adopter, c'est une minette extraordinaire .
Amic
alement
Virginie>>

Harriett a enfin découvert les joies simples du confort

Harriett a enfin découvert les joies simples du confort

Nouvelles en vrac

Ah la gentille Virginie qui nous remercie pour lui avoir permis d'adopter cette chatte extraordinaire !! Qui doit remercier qui ? Elles ne courent pas les rues les personnes qui proposent d'adopter une sauvageonne handicapée !

MOUMOUTE de Bligny

A plusieurs reprises je vous ai parlé de Moumoute, la chatte vedette de Bligny. La première fois c'était le 30 avril 2013, l'article s'intitulait "Le piège". Si vous voulez tout savoir sur Moumoute, vous tapez son nom dans l'espace dédié à la recherche, en haut à droite, et vous faites "entrée" ou "envoi".... Vous saurez tout, vraiment tout !

Début décembre 2014, j'avais réussi à la ramener une nouvelle fois chez moi pour la conduire chez notre vétérinaire. Elle avait dans le cou une blessure qui était probablement les suites d'un abcès non soigné. Il avait fallu pratiquer une petite chirurgie et recoudre la bête.

Décembre, froid, 14 ans ! Que décider une fois la plaie cicatrisée ? L'année dernière déjà j'avais hésité à la reconduire sur le territoire qu'elle connaît si bien, où les nourrisseurs des chats de Bligny lui apporte une petite friandise à chacun de leur passage.

Après les premiers quinze jours de cage, je lui ai donné un peu de liberté en condamnant l'accès à la chatière par laquelle elle s'était si vite sauvée, lors de sa première convalescence, pour escalader, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, la grille de l'enclos/aire de jeux des chats.

Gare aux chats qui se sont trouvés sur son chemin ! Comme un petit kangourou boxeur, notre chatte extraordinaire s'est dressée sur ses pattes arrière pour administrer des claques à Fritz qui n'avait aucune mauvaise intention ! Elle s'est ensuite jetée sur le paisible Tigrou ! C'est donc à petites doses que je lui ai octroyé un peu de liberté dans la chatterie.

Elle nous a bien fait payer son enfermement la bourrique de chatte : bac à litière retourné, bol d'eau et de croquettes renversés ! Le bazar plusieurs fois par jour dans sa cage, plus des hurlements à fendre l'âme !

Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez permis à votre enfant d'aller seul à l'école ? Dimanche je me suis sentie un peu comme ça ! Elle tournait en rond dans la chatterie et je ne pouvais pas bloquer trop longtemps la chatière qui mène à l'aire de jeux en privant les autres de sortie. Alors je lui ai proposé de sortir dans le jardin, par la porte pour lui éviter le risque de se blesser en escaladant les grilles.

Moumoute vient d'explorer une partie du jardin et la voilà qui revient vers la chatterie.

Moumoute vient d'explorer une partie du jardin et la voilà qui revient vers la chatterie.

Elle a fait son petit tour et au premier rappel, elle est rentrée au chaud.

Lundi soir, tard, j'ai constaté qu'elle n'était plus dans la chatterie. Une fois de plus, elle avait décidé d'aller se balader en utilisant la chatière et en escaladant le grillage. Je l'ai attendue longtemps, je l'ai appelée doucement, en vain.

Mardi matin, je chausse mes bottes et je m'apprête à partir à sa recherche dans le jardin. Avant cela je passe dans la chatterie pour dire bonjour et je trouve qui ? Moumoute endormie dans sa cage ouverte. N'est-elle pas extraordinaire notre chatte ? Elle a su réintégrer ce qui est devenu sa maison, toute seule, en effectuant une escalade de retour, comme aucun autre chat ne sait le faire.

La question ne se pose plus, Moumoute vivra désormais librement chez moi.

JODIE la rescapée

Le 26 septembre je vous ai raconté comment Christophe, le plus inventif des protecteurs de chats de notre association, avait mis au point pour tirer une petite chatte de la situation difficile où elle se trouvait.

Très vite, la petite chatte en question s'est attachée aux humains et aux chats de la maison, au point de devenir envahissante !

Fin novembre 2014, la voici avec Flint

Fin novembre 2014, la voici avec Flint

Encore en novembre, elle a choisi Dumbo

Encore en novembre, elle a choisi Dumbo

C'est bien souvent que Dumbo a le privilège de lui servir d'oreiller !

C'est bien souvent que Dumbo a le privilège de lui servir d'oreiller !

19 janvier 2015... Tigrou, Brigand, Volute et Berlingot flashés en plein sommeil !  Je vous l'ai déjà dit, les chats ça ne prend pas de place !

19 janvier 2015... Tigrou, Brigand, Volute et Berlingot flashés en plein sommeil ! Je vous l'ai déjà dit, les chats ça ne prend pas de place !

Rédigé par Monique

Publié le 19 Janvier 2015

CHAT TROUVÉ... au Val Saint-Germain

Yvonne, Adhérente de notre association l'a recueilli et conduit chez le vétérinaire pour chercher une éventuelle identification par puce électronique.

Il n'est pas identifié. C'est un mâle qui souffre actuellement d'une petite infection urinaire. Il est en cours de soins.

Si ses propriétaires ne se manifestent pas, il sera proposé à l'adoption.

Rédigé par Monique

Publié dans #Perdu-Trouvé

Publié le 19 Janvier 2015

Voici le message que Laurence, la maîtresse attentionnée de Duchesse a publié aujourd'hui sur sa page Facebook :

C'est le coeur lourd que je viens écrire ces quelques mots car la peine m'envahit.
Après des mois d'amour inconditionnel avec mon chat Duchesse, j'ai du me résigner à la faire euthanasier hier soir..
C'est atroce ! Elle me manque terriblement ..
Elle et moi, c'était tellement fusionnel
Peut-être "trop"
Elle était une compagne de tous les instants...
J'espère ne pas choquer en disant cela mais je vis son départ comme la perte d'un proche.
Je viens juste déposer ma peine ici car j'ai besoin de la mettre quelque part.
A mon amour de chat, Duchesse, que j'aime tant
Repose en paix mon ange.
Cette photo accompagne le message de Laurence.

Cette photo accompagne le message de Laurence.

Que dire de plus ? Que je comprends trop bien cette peine pour l'avoir si souvent ressentie.

Rédigé par Monique/Laurence

Publié le 16 Janvier 2015

Le soleil brille pour tout le monde

Dans nos sociétés occidentales chaque être qui vient au monde a le droit de vivre. C'est surtout vrai pour les humains, pour les animaux il en va tout autrement, en particulier quand ils ne sont pas dits "de compagnie".

Malheur à ceux dits "de rente" dont les jours sont comptés et la mort programmée quand ils auront atteints la taille et le poids requis pour être exécutés, débités et se retrouver en morceaux à l'étal des bouchers ou en barquettes sanguinolentes dans nos supermarchés. De plus en plus de personnes commencent d'ailleurs à trouver qu'il y a là quelque chose de discutable.

Oui, le soleil brille pour tout le monde mais tous les êtres qui naissent n'en profiteront pas de la même manière. Les humains font en sorte que leur passage sur terre soit le plus agréable possible. Les parents prennent soin de leurs enfants -ceux qui les martyrisent ou les maltraitent sont heureusement l'exception- ils les éduquent pour faciliter leur insertion dans la société. Les adultes s'organisent, autant que faire se peut, pour saisir les opportunités qui s'offrent à eux afin de jouir au maximum des biens terrestres ou donner libre cours à leurs passions, leurs pulsions, leurs désirs de domination... D'autres se réaliseront en aidant leur prochain. Tout est du domaine du possible pour les êtres humains.

Quel que soit le chemin qu'ils auront choisi ou qu'ils auront été contraints de suivre, tous finiront par mourir, de mort naturelle pour la plupart, lorsqu'ils auront atteints la limite inscrite dans leurs gènes. D'autres, hélas succomberont à une maladie après que tout ait été mis en œuvre pour les guérir. Il y a aussi ceux qui perdront la vie parce qu'ils se seront exposés à de multiples dangers : sport violents, addiction diverses, ou qu'ils auront utilisé une invention humaine : avion, voiture, bateau, train...

Une mention particulière pour les victimes d'assassinats en tous genres. Les auteurs de ces crimes, eux, ne perdront pas la vie puisque la peine de mort a été abolie.

Voilà pour les humains qui règnent en maîtres du monde.

Examinons maintenant le sort que nous réservons aux animaux reconnus pour adoucir notre quotidien, tant par leur présence apaisante que pour leurs vertus éducatives auprès de nos enfants.

Si nous savons limiter à peu près la reproduction de nos chiens il n'en va pas de même pour nos chats. Si vous me lisez, vous savez à quoi je pense ... notamment à tous ces chatons qui naissent dans la rue, de chattes abandonnées après avoir cessé de plaire ou d'amuser les enfants. Certains "maîtres" ne rechignent pas à éliminer, eux-mêmes, physiquement les portées indésirables, argumentant qu'il faut laisser faire la nature pour justifier leur refus de faire stériliser leurs chats et chattes.

Il y a pire dans le registre de la cruauté des humains qui cherchent, dans les laboratoires, à trouver des remèdes à nos maladies dont nous sommes parfois responsables. Pauvres chats dont le système nerveux très élaboré est largement exploré.

Alors, pour pallier les tortures, les abandons, les actes de barbarie dont nos animaux "de compagnie" sont victimes, des associations de protection animale sont nées.

Vous savez probablement dans quelles circonstances la nôtre a été créée. Si vous l'ignorez vous trouverez l'explication au verso du bulletin d'adhésion à l'accueil de ce blog.

Notre association est modeste, elle n'a jamais atteint plus de deux cents adhérents, ses moyens financiers sont donc limités et la question de la répartition de ses dépenses se pose... Faut-il ne financer que des stérilisations/identifications et remettre les chats traités là où nous les avons capturés ? Sans les nourrir ? Sans leur procurer un abri ? Faut-il les soigner quand ils sont malades ? Les laisser mourir ou les faire euthanasier pour économiser les frais vétérinaires ? Ces questions concernent rarement les chats qui ont été relâchés après stérilisation/identification car ceux là échappent à toute surveillance.

C'est bien souvent moi qui ai été amenée à prendre les décisions quant aux soins vétérinaires. Ai-je pris les bonnes décisions ? Au tout début, notre association s'en est tenue à capturer les chats qui vivaient sur le site du Centre Médical de Bligny. Pas de questions à se poser, les adultes "sauvages" retournaient sur leur territoire et, pour dissuader les patients de se priver de leurs repas au profit des chats, nous avons acheté de quoi les nourrir. Ces chats étaient en bonne santé, ceux qui ne l'étaient pas étaient morts avant que nous n'intervenions sur ce site.

Au fil des années - notre association, je le rappelle, fêtera ses 25 ans cette année - des difficultés sont apparues. En effet, nous avons été sollicités pour capturer des chats ailleurs qu'à Bligny. Pouvions nous refuser en particulier quand la demande était formulée par certains de nos adhérents ? C'est ainsi que notre association s'est chargée de chats non adoptables, trop âgés ou trop peu sociables. Et les chatons sauvageons, trop jeunes pour être stérilisés, qu'allions nous en faire ? Il n'y a eu que trop peu de personnes pour les accueillir à leur domicile. Je fais partie de ces "trop peu".

Pour différentes raisons des chatons sont devenus adultes avant d'être adoptés. Ils sont restés dans leurs familles d'accueil. Quand certains d'entre eux sont tombés malades, j'ai naturellement décidé de les soigner. D'ailleurs, notre objet prévoit d' "Assurer la protection des chats sans maître et tous les soins qui en relèvent".

A quel stade d'une maladie faut-il arrêter de soigner nos chats ? Quand les frais ont atteints un certain seuil ? 100 €, 200 € ? Plus ? Moins ? Pour moi, mais j'ai peut-être tort, il faut mettre un terme aux soins quand notre malade est dans un état de souffrance, tel que sa vie ne vaut plus la peine d'être vécue.

Mais...comment déterminer avec certitude qu'une vie ne vaut plus la peine d'être vécue ?

La même question peut se poser quand il s'agit de vie humaine. La vie de votre Grand-Mère qui porte des couches, qui ne voit plus grand chose, qui n'entend pas bien, qui ne va pas s'éclater en boite ni aux sports d'hiver, vaut-elle la peine d'être vécue ? Non ? Croyez-vous ? Allez-vous la faire euthanasier parce que, selon vos critères, sa vie ne vaut plus la peine d'être vécue ?

Nous les humains, avec le temps qui passe, finissons par nous accommoder des inconvénients du vieillissement, de nos souffrances, plus ou moins intenses, de la diminution de nos capacités. A chaque âge ses plaisirs disons-nous en manière de consolation ! Si nos animaux pouvaient parler peut-être diraient-ils la même chose.

Dès lors que je me suis chargée d'un animal, je pense devoir le protéger du mieux que je peux et cela comprend les soins à lui apporter. J'espère que les Membres de notre association qui financent notre activité et par conséquent les frais vétérinaires, seront de mon avis. Leurs commentaires ici ou lors de notre prochaine Assemblée générale seront les bienvenus.

A l'issue de notre dernière Assemblé générale, une personne proche de notre association m'a vivement reproché de faire de l'acharnement thérapeutique ! "Acharnement thérapeutique", vraiment ?

Voici la définition que j'en ai trouvé sur www.techno-science.net :

L'acharnement thérapeutique désigne le maintien artificiel en vie d'un patient mourant pour lequel on n'a plus aucun espoir d'amélioration ou de stabilisation d'un état physiologique jugé précaire : La personne ne peut plus vivre sans les machines ou les traitements douloureux que l'on met à sa disposition (respirateurs, médicaments avec de forts effets secondaires).

Pour être tout à fait honnête, j'ai trouvé, sur Wikipédia, une autre définition :

L’acharnement thérapeutique désigne, dans le domaine médical, l'emploi de thérapies exagérément lourdes pour le patient, disproportionnées par rapport à l'amélioration attendue. Le refus de cet acharnement pouvant conduire à la mort. Il pose le problème du conflit entre la liberté du patient et les convictions, voire les intérêts financiers, du corps médical.

Dans certains pays, dont la France, l'acharnement thérapeutique est prohibé car contraire au respect du patient et de l'exigence de son consentement aux examens et aux soins1. En effet, selon le Comité consultatif national d'éthique (CCNE), elles témoignent d'« une obstination déraisonnable, refusant par un raisonnement buté de reconnaître qu’un homme est voué à la mort et qu’il n’est pas curable »2.

Au cours de l'année passée trop de nos chats qui vivaient chez moi sont morts. C'est à peine s'ils ont eu le temps de bénéficier de soins, en particulier ceux qui sont partis au cours du dernier trimestre !

Actuellement je passe beaucoup de temps ailleurs que sur ce blog, mon outil pour vous donner les dernières nouvelles. Je m'occupe de Pastel et de Bambou, deux malades qui ne manifestent pas l'envie d'en finir avec la vie !

Dans un article du 12 décembre, je vous ai "parlé" de Virgile à qui le vétérinaire avait retiré deux masses inquiétantes dans l'intestin. La biopsie qui en a été faite a confirmé nos craintes ...

Deux mots... tumeur... maligne ... laissent craindre un avenir sombre.

Deux mots... tumeur... maligne ... laissent craindre un avenir sombre.

La découverte de cette redoutable tumeur ne nécessite pas de soins particuliers. Nous n'allons pas mettre en oeuvre une lourde chimiothérapie qui ne ferait que stresser Virgile qui accepte si mal d'être manipulé. Un mois et demi après l'intervention il va bien, il mange avec plaisir et a repris du poids, pas beaucoup mais je fais en sorte qu'il en reprenne davantage en lui proposant ce qu'il aime. Il accourt dans la cuisine quand il entend la porte du réfrigérateur et réclame la petite goutte de lait qu'il adore. A la palpation son abdomen est souple, il n'y a plus qu'à espérer que tout ait été enlevé. L'épée de Damoclès suspendue au dessus de la tête de Virgile ne semble pas trop menaçante pour le moment.

Bambou aussi est malade. Il a été recueilli, souffrant d'un corysa sévère, au mois de novembre 2006, c'était un jeune chat de moins d'un an. Ce corysa est resté chronique et depuis huit ans il a fait de fréquents séjours à la Clinique Vétérinaire où il a été surnommé Atchoum. Il nous a coûté cher Bambou ! Il en a reçu des antibiotiques et des inhalations et bien sûr personne n'aurait voulu adopter un tel chat qui demande autant de soins. Je ne me risquerai pas à reprendre toutes les factures vétérinaires le concernant pour faire l'addition ! Devions-nous le faire euthanasier ? Quand ? Après sa deuxième hospitalisation ? Après la troisième ? Après la pneumonie qui a failli le faire mourir ?

BAMBOU, la crème des chats prend soin de tous les chatons qui passent à sa portée

BAMBOU, la crème des chats prend soin de tous les chatons qui passent à sa portée

Un patient comme Bambou nécessite beaucoup d'attention et de soins. Outre les séances d'aérosol, il faut maintes fois par jour, essuyer ses yeux qui coulent, enlever les croutes qui obstruent ses narines. Atchoum ! Bonjour les éclaboussures ! Je vous laisse imaginer ...

Janvier 2014, notre Bambou est amaigri, son poil est terne ...

Janvier 2014, notre Bambou est amaigri, son poil est terne ...

Le vétérinaire, chez qui notre chat vedette a été conduit une nouvelle fois, a trouvé la cause de son amaigrissement, de son manque d'appétit : insuffisance rénale ! Aurais-je dû le priver de soins et des quelques séjours en clinique, sous perfusion pour faire baisser son taux d'urée ? Le faire endormir alors qu'il n'a que huit ans ? Est-ce là un exemple d'acharnement thérapeutique qui m'est reproché ?

Bambou-Atchoum est toujours aussi joyeux, en demande de câlins mais son appétit est capricieux et il boude les aliments de régime, son taux d'urée reste trop élevé et je sais bien que cela ne s'arrangera pas car ses reins ne fonctionnent plus correctement. Je lui fais avaler un antibiotique contre son corysa et, pour traiter l'insuffisance rénale, une dose quotidienne de SEMINTRA à 34,50 € le flacon de 30 ml ! Il n'y a rien d'autre à faire à part quelques perfusions sous-cutanées pour lesquelles je ne suis pas très douée. Je fais cuire pour lui du blanc de poulet qu'il accepte sans trop se faire prier.

Un jour ou l'autre, je sais qu'il va commencer à vomir le peu qu'il aura avalé et cessera de s'alimenter. Il aura peut-être des ulcérations douloureuses sur la langue. Ce jour là, il faudra prendre la décision qui s'impose, comme cela a été fait pour la petite Datcha le 30 mai dernier. Vous n'imaginez pas à quel point je redoute ce jour.

Le pire cas qui me bouleverse actuellement, c'est celui de Pastel. Pastel né chez moi au mois de mai 1999. Son histoire et celle de sa mère Zaza et de son frère Pirate, je l'ai racontée dans un article du 31 août 2013, intitulé "Code de déontologie...pas toujours facile".

PASTEL printemps 2006... son oeil gauche est un peu irrité...collyre... pommade ophtalmique sont mis en oeuvre

PASTEL printemps 2006... son oeil gauche est un peu irrité...collyre... pommade ophtalmique sont mis en oeuvre

Le problème lié à son oeil n'était pas, à cette époque, le plus préoccupant. Des infections urinaires à répétition nécessitaient des soins fréquents et des prises de médicaments. Finalement ses difficultés à uriner nous ont amenés à lui faire subir une uréthrostomie au mois de janvier 2011 ... Evidemment tout ceci a entraîné des frais. Devions-nous le faire euthanasier pour économiser nos deniers ?

Si la question urinaire a été résolue, ça n'a pas été le cas pour son oeil gauche, ou plutôt pour ses paupières.

Au mois de janvier 2013 nos vétérinaires ont effectué un prélèvement sur ce tissu inflammatoire pour le faire analyser : Staphylococcus intermedius ++... Streptococcus groupe G +

Un nouveau traitement a été mis en oeuvre à partir de l'antibiogramme issu de cette recherche de laboratoire.... sans résultat.

16 mars 2014... Mois après mois et en dépit de tous les soins, l'état des paupières s'est aggravé

16 mars 2014... Mois après mois et en dépit de tous les soins, l'état des paupières s'est aggravé

Une nouvelle biopsie cutanée du mois de mars 2014 révèle une "Dermite périvasculaire et périannexielle chronique à cellules principalement mononucléées, d'intensité modérée, multifocalement ulcéreuse. Absence d'agent pathogène figuré visible.

Prélèvement dénué de caractère tumoral. "

Aucun traitement n'a donné la plus petite amélioration. Le Docteur Caude a suggéré que Pastel souffrait probablement d'une sévère allergie alimentaire. Elle a connaissance de cas semblables.

Comme il m'est impossible de nourrir, avec des aliments particuliers, un chat qui vit dans la maison avec une dizaine de ses congénères, le Docteur Caude a proposé de l'isoler en Clinique pour tenter l'expérience en ne lui donnant que des aliments hypoallergéniques. Un dizaine de jours plus tard, nous n'avons pas constaté le moindre signe d'amélioration. Il est revenu à la maison.

24 novembre 2014... Je suis désespérée.

24 novembre 2014... Je suis désespérée.

Début décembre, j'ai un rendez-vous chez nos vétérinaires pour un autre chat. Pastel sera du voyage. J'ai pris soin d'apporter tout le dossier qui le concerne !

Le Docteur Thibaud reprend chaque résultat d'examen. Il veut comprendre et peut-être trouver quelque chose qui aura échappé aux précédentes investigations. Pour commencer il suggère d'effectuer un test FIV/FeLV. Pastel a quinze ans, il y a longtemps qu'il n'a plus été vacciné. Dans ses jeunes années, il allait souvent se balader et, à plusieurs reprises, il est revenu avec une oreille fendue ou un abcès à la queue ... BINGO, Pastel est testé FIV positif ! J'en suis sidérée car ce sont souvent les chats castrés tardivement et qui ont "roulé leur bosse" qui sont découverts séropositifs. Voilà qui explique, du moins en partie, ces plaies affreuses qui ne guérissent pas.

Nous décidons d'envoyer trois nouvelles biopsies au laboratoire. Je vous laisse découvrir le résultat...

Carcinome épidermoïde, autrement dit un cancer de la face.

Carcinome épidermoïde, autrement dit un cancer de la face.

Le commentaire le précise, cette tumeur maligne est localement agressive. L'exérèse la plus large possible est conseillée. Ce conseil là personne n'envisagerait de le suivre étant donnée la localisation de cette tumeur.

Après la découverte de sa séropositivité cette dernière nouvelle m'a achevée. Que faire ? L'euthanasier ? Souffre-t-il ? Nous voilà revenus aux bonnes questions, à savoir, sa vie vaut-elle la peine d'être vécue ?

Oui, cette tumeur est affreuse, le matin son oeil est tout collé, des croutes se forment sur ses paupières ou ce qu'il en reste. C'est tous les jours le même cérémonial, je l'installe sur un canapé et je m'assoie à côté de lui, il se colle contre ma cuisse et me laisse nettoyer doucement son oeil avec des cotons doux et un sérum physiologique. Je lui fais mal c'est sûr mais il ne se plaint que faiblement, il me laisse faire sans chercher à m'échapper. Il n'a jamais donné un coup de patte de défense ... C'est une séance qu'il faut souvent renouveler au cours de la journée, voilà pourquoi je passe beaucoup de temps avec lui.

Le matin il reçoit un antibiotique et une dose de corticoïde matin et soir. Ses reins fonctionnent bien malgré ses 15 ans et demi. Il a bon appétit, son comportement est celui de tout chat de cet âge. Depuis que Zaza sa mère est morte c'est vers moi qu'il vient chercher sa dose de câlins. Je ne peux pas me poser sur un canapé sans qu'il vienne immédiatement se vautrer sur moi en ronronnant bruyamment et il proteste si je veux bouger, alors, pour ne pas le déranger, je passe une partie de la nuit avec lui.

Sa friandise préférée a toujours été l'Apéricube ! Chez moi nous prenons l'apéritif deux soirs en fin de semaine. Notre Pastel identifie immédiatement le tintement des glaçons et accourt pour réclamer ses apéricubes que je n'achète qu'à son intention. Il en reçoit autant qu'il en veut !

Depuis toutes ces années j'ai vu bien des chats en fin de vie, la plupart du temps ils s'isolent des autres et vont se cacher. Pastel n'a pas ce comportement.

J'ai eu plusieurs occasions d'évoquer cette question de son euthanasie avec nos vétérinaires. Quand faudra-t-il mettre fin à sa vie ? J'ai chaque fois reçu la même réponse : quand le moment sera venu, vous le saurez.

Pastel va mourir, moi aussi, un jour ou l'autre.

Rédigé par Monique

Publié le 6 Janvier 2015

ELY est un mâle castré, tatoué.

ELY est un mâle castré, tatoué.

ELY a disparu depuis le 2 janvier. Il est parti de Fontenay-les-Briis, hameau de la Roncière.

Il n'est pas complètement familier et ne se laissera pas attraper par des inconnus. Si vous le voyez, merci de prévenir Christophe au 01 64 58 94 30 ou Monique au 01 64 90 79 22.

Rappel :

Depuis le 10 septembre 2014 un autre chat est recherché à Fontenay-les-Briis - Il s'est échappé du hameau de Bel-Air. Si vous le voyez, merci de prévenir Christophe ou Monique.

Merci de votre attention.

JACKPOT est porteur d'une puce électronique. C'est un mâle castré.

JACKPOT est porteur d'une puce électronique. C'est un mâle castré.

Rédigé par Monique

Publié dans #Perdu-Trouvé

Publié le 3 Janvier 2015

Tous nos remerciements ...

Qui ont répondu à l'appel que j'avais lancé, le 20 décembre, pour aider Laurence et Duchesse, sa protégée.

La facture des soins de Duchesse qui avait été payée avec un chèque de notre Association est largement remboursée par les dons de nos généreux amis.

Un merci spécial à Marie-Dévote qui sait si bien à quel point les chats apportent un supplément de réconfort aux personnes âgées ou handicapées. Sans doute ne comprend-t-elle pas la raison qui a pu décider la Directrice d'une Maison de retraite à priver les résidents de la présence de deux chats. Là où Marie-Dévote exerce sa profession, les chats sont accueillis avec beaucoup de gentillesse. J'ai évoqué ce lieu dans un article du mois de mars 2014 :

Laurence a été infiniment touchée par la générosité de celles et ceux qui se sont mobilisés pour l'aider.

Rédigé par Monique