Publié le 30 Mars 2013

Ce n'est jamais sans un serrement de coeur qu'on relâche un chat après l'avoir capturé pour le faire stériliser et identifier. Ce chat n'est plus juste un chat parmi d'autres, maintenant il est connu, il a un nom et une existence réelle. Nous savons, en le rendant à la liberté, qu'il sera seul désormais pour lutter contre le froid, les maladies et que personne ne sera là pour voir une blessure qui le fera peut-être mourir tout seul dans un sous-bois. Un corysa pas soigné pourra aussi le faire mourir après une longue agonie. Le reverrons-nous d'ailleurs ce chat que nous aimons désormais ?

Tout au début de l'existence de l'association nous avions capturé Topaze et ses chatons à l'hôpital de jour. Ses chatons ont été adoptés et Topaze est retournée sur son lieu de vie. Chacune des personnes qui distribuaient alors la nourriture la connaissaient. Elle devait avoir 16 ans quand j'ai réussi à la reprendre pour lui faire subir une visite de contrôle chez notre vétérinaire. Elle allait plutôt bien pour son âge aussi comme j'étais tentée de la garder près de moi pour la surveiller, notre vétérinaire m'en a dissuadée. Le stress d'un tel changement de vie pourrait lui être fatal ! Elle est donc retournée à la vie qu'elle connaissait et un jour elle a été retrouvée définitivement endormie . Elle repose maintenant dans le jardin des bénévoles qui l'avaient découverte.

Au cours de l'année 1998, nous avions fait opérer et tatouer Otto, Louzou, Orphée, Océane, Muscade, Vanille... Christophe s'était pris d'affection pour Otto qui le lui rendait bien. Aussi Otto a-t-il pu être conduit chez notre vétérinaire quand Christophe s'est aperçu qu'il était malade. Otto est mort à la Clinique vétérinaire de Morsang sur Orge le 9 février 2012.

Louzou est mort le 8 mars 2010, Muscade a été retrouvée morte sur le parking de Petit Fontainebleau le 10 juin 2010. Elle ne portait aucune trace de blessure... Plus récemment c'est Vanille qui a aussi été retrouvée morte sans qu'on puisse établir les raisons de sa mort.

Pour tous ces chats, au fil des années, nous avions fait ce qu'il était possible de faire, c'est à dire leur procurer un abri dans le secteur le plus "sauvage" du parc de Bligny, de la nourriture et de l'eau fraîche dans nos abris/cantines.

Le 27 mars j'ai capturé un chat noir avec des moustaches blanches. Son oeil gauche est opaque. Qui est donc ce chat qui souffle, qui se jette sur les barreaux de sa cage quand on l'approche ? Le lendemain ma prise a été conduite chez notre vétérinaire qui, bien entendu, l'a endormie pour l'examiner. Quelle surprise d'apprendre qu'il s'agit d'Orphée dont la naissance avait été estimée au mois de mai 1997 et opérée le 24 février 1998 !, Orphée qui a vécu sa vie de chat libre, discrètement, sans qu'on la remarque. Est-ce un corysa ou une blessure qui est la cause de cet oeil opacifié ? Nous ne le saurons pas. Ce que nous savons c'est que, elle aussi se porte bien, son bilan sanguin l'atteste. Elle a reçu sa dose de vermifuge, un détartrage, deux vilaines dents supprimées, une couverture antibiotique et le tour est joué. Je la garde (contre son gré je puis vous l'assurer) quelques jours au chaud et je lui rends la liberté ! Promis, juré !

C'était la bonne nouvelle de la journée ! Hélas j'en ai de moins bonnes, Homère, le chaton noir capturé fin février avec sa soeur est au plus mal mais ça c'est une autre histoire avec laquelle je ne veux pas vous attrister en ce week-end pascal. Je vous en parlerai prochainement.

Orphée 16 ans et ... plus toutes ses dents !

Orphée 16 ans et ... plus toutes ses dents !

Rédigé par Monique

Publié le 29 Mars 2013

"Ceux de Bligny" restant définitivement sourds à toutes nos tentatives pour les intéresser au sort des chats qui vivent sur leur lieu de travail, nous avons réamorcé nos trappes de captures sans leur aide. C'est ainsi que Hortense et Hirsute ont eu la désagréable surprise de se retrouver nos prisonnières juste pour avoir été trop gourmandes et pas assez méfiantes. Elles sont maintenant estampillées "Amis des Chats de Bligny". Ces deux chattes qui se préparaient à repeupler le site ont subi une ovariohystérectomie en plus d'une visite médicale en règle : dents, oreilles, test de dépistage des maladies félines et bien sûr elles ont reçu une dose de vermifuge.

Dix jours de convalescence, bien au chaud, bien nourries mais pas du tout contentes de bénéficier du confort moderne offert par la maison. J'ai choisi une matinée ensoleillée pour leur rendre la liberté là où elles avaient été capturées.

La belle Hortense qui à l'air bien gentille, mais ne vous y fiez pas, elle a le coup de patte facile !

La belle Hortense qui à l'air bien gentille, mais ne vous y fiez pas, elle a le coup de patte facile !

Voici Hirsute... des poils longs en bataille et une collerette de poils gris.

Voici Hirsute... des poils longs en bataille et une collerette de poils gris.

Même si, comme je vous le disais, "Ceux de Bligny" ne veulent rien faire et refusent de mettre la main à la poche pour payer vingt sept euros de cotisation à notre Association, certains ou certaines restent attentifs à nos faits et gestes. Je pense inutile de préciser que les cotisations et les dons de nos adhérents sont utilisés pour payer les honoraires des vétérinaires et acheter de la nourriture haut de gamme et pas pour financer des colloques dans des Châteaux-Hôtels ou de coûteuses revues.

Le 15 mars, à force de patience, Anne-Laure a capturé un bel animal gris et blanc, sale comme un peigne et très mécontent de se retrouver derrière les barreaux. A peine était-il installé dans une cage que le téléphone a sonné. Mon interlocutrice s'est présentée comme étant une personne de Bligny. Elle me reprochait d'avoir capturé une chatte privant ainsi des chatons de leur mère ! C'est bien là notre angoisse : A cette époque de l'année bien des chattes ont mis bas et leurs chatons introuvables risquent de mourir de faim sans leur mère. Il faut comprendre qu'il peut se passer quelques jours avant qu'un chat nouvellement capturé ne soit accueilli chez le vétérinaire. Il nous est impossible d'examiner un ventre pour vérifier l'état des mamelles ni même de savoir si l'animal capturé est un mâle ou une femelle. C'est seulement quand il/elle sera endormi(e) sur la table de chirurgie que le vétérinaire verra si une chatte est allaitante.

Au cours de cette conversation j'ai pu établir que les chatons dont il était question sont probablement sevrés depuis longtemps et qu'ils ne souffriront pas de l'absence de leur mère pendant une semaine ou deux. Bref cette dame m'a clairement fait comprendre qu'elle s'inquiétait du sort que nous réservons aux chats capturés et m'a reproché de les mettre en prison alors qu'à Bligny ils sont tellement bien en liberté ! Fort aimablement j'ai proposé à cette personne de venir vérifier la qualité de l'hébergement des chats à mon domicile. Allez savoir pourquoi, elle m'a raccroché au nez !

La chatte a été déposée chez le vétérinaire de Morsang-sur-Orge avec une liste de trois noms : un commençant par la lettre E (Elisa), un autre par F (Fraulein) ou enfin la lettre G (Girolle), le vétérinaire étant chargé d'estimer l'année de naissance. Pour ceux qui n'auraient pas compris, nous attribuons à nos chats un nom commençant par la lettre de l'année de naissance. Ceux de l'année 2012 s'appellent Haddock, Hortense, Hirsute ...

J'avais heureusement pris soin de préciser <<au cas où cet animal serait bien une chatte>>. Le soir, quand je suis allée la chercher j'ai été accueillie avec des sourires et le Docteur Caude m'a annoncé que "ma chatte" s'appelait maintenant ELY ! Eh oui, la mère que nous avions arrachée à ses petits est un mâle !

ELY après quelques jours de convalescence a aussi retrouvé la liberté ! Bonne chance à lui...

ELY après quelques jours de convalescence a aussi retrouvé la liberté ! Bonne chance à lui...

Rédigé par Monique

Publié le 15 Mars 2013

De si jolis chatons...

Même si les nuits sont encore froides et les petits matins frisquets, c'est certain le printemps sera bientôt là ! Les majestueuses fleurs de magnolia et les gracieuses tulipes ouvriront leurs corolles et déjà les délicats chatons apparaissent sur les branches des noisetiers... Chatons ? Ai-je dit "chatons" ?

Hélas oui, ces chatons là en évoquent d'autres ! Par milliers, ils naissent dans les foyers des maîtres imprévoyants qui ont laissé leurs chats et chattes vivre leur vie. A peine sevrés -parce qu'il faut penser à boucler les valises pour partir en vacances - ces chatons arriveront sur le marché de l'adoption qui compte infiniment plus d'offres que de demandes !

Après avoir sérieusement mais en vain cherché des adoptants pour la progéniture de leur chatte bien aimée, certains maîtres prendront le chemin d'un refuge pour animaux -dont l'Essonne manque cruellement - leur panier bien garni sous le bras. Ils seront parfois surpris de s'entendre dire que le refuge n'a pas de structures adaptées et manque de personnel pour accueillir des jeunes animaux qui nécessitent davantage de soins que des adultes. Là le dialogue s'engagera. Si les maîtres peuvent patienter, les protecteurs chercheront à leur tour d'hypothétiques adoptants. Pour éviter que certains maîtres déçus n'aillent abandonner "sauvagement" les chatons dans n'importe quelles conditions, les protecteurs les accepteront dans les refuges, mais les responsables de ces établissements ne sont pas des faiseurs de miracles. Si de nouveaux maîtres ne se sont pas rapidement manifestés, certains chatons mourront, trop tôt séparés de leur mère ou emportés par un mauvais corysa. Les autres perdront très vite leur apparence de petites peluches et verront de ce fait s'amenuiser leur chance de plaire et d'être adoptés.

Pour ne pas vous attrister, je ne m'étendrai pas sur les autres manières de régler le problème des chatons indésirables : la noyade que beaucoup utilisent encore ou l'abandon pur et simple des portées dans la nature, "parce que les chats se débrouillent très bien sans nous !". Inutile, je pense, de vous dire que, s'ils arrivent à survivre un temps, ces malheureux animaux seront tôt ou tard victimes des "déchatiseurs" -qui ont la vie dure - , des chasseurs, des automobiles et aussi des voyous qui imaginent de bien cruelles distractions pour leurs chiens !

Si, vous qui me lisez, savez depuis longtemps que la protection de nos chats passe inévitablement par la stérilisation, peut-être connaissez-vous, dans votre entourage, des propriétaires de chats qui croient que les "barbares" ce sont les autres, ceux qui stérilisent et font identifier leurs animaux et qui les privent de liberté !

A l'intention de ces maîtres-là, vous trouverez sur ce blog, un article intitulé : Faites stériliser vos chats et chattes en date du 20 novembre 2012. Transmettez leur cet article ou imprimez le et faites le circuler.

Rédigé par Monique

Publié le 8 Mars 2013

Dépôt de chats interdit !!

Le parc du Centre Médical de Bligny n'est pas la poubelle aux chats où on vient se débarrasser discrètement et lâchement de chatons/chats encombrants.

Nul n'est censé ignorer la loi : Art. 521.1 du Code pénal :

Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende.

(...)

Est également puni des mêmes peines l'abandon d'un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité, à l'exception des animaux destinés au repeuplement.

Si quelqu'un ne peut ignorer cette disposition de la Loi, ce sont bien les responsables des associations de protection animale. Pourtant, à plusieurs reprises, des chats malades ou totalement inadaptés à ces conditions de vie, tatoués au nom d'une association de protection animale proche géographiquement, ont été ainsi abandonnés à Bligny !

Il y a quelques jours c'est un chat mâle tatoué "LA SPA" que nous avons capturé sur le site. Un passage chez notre vétérinaire a permis de s'apercevoir qu'il avait plusieurs dents complètement pourries qui devaient le faire beaucoup souffrir. Un tel tatouage ne sert à rien car il ne peut être enregistré nulle part. A la réflexion, il permet au lâche auteur de ce délit de ne pas s'exposer à des poursuites de notre part, puisqu'il reste anonyme. La bonne question est : quel est le vétérinaire qui a pu pratiquer un tel tatouage en contradiction avec la loi qui stipule que tous les carnivores domestiques doivent être identifiés?

Qu'on se le dise. Le parc du C.M. de Bligny n'a pas besoin d'être repeuplé !!

Castré, tatoué LA SPA ??? et abandonné dans le parc de Bligny.

Castré, tatoué LA SPA ??? et abandonné dans le parc de Bligny.

Rédigé par Monique

Publié le 8 Mars 2013

Il y a vingt trois ans comme maintenant, de toute évidence les chats qui ont été abandonnés ou qui sont nés de parents abandonnés sur le site du Centre Médical de Bligny n'intéressent pas ceux qui y travaillent et/ou qui y habitent à deux exceptions près.

Etre confronté à la maladie et à la souffrance humaine doit-il induire une telle sécheresse de coeur vis-à-vis des animaux ? On serait tenté de le croire. On ne peut que s'en désoler.

Ils ont trois mois, ils ont passé dans le froid et la neige le début de leur vie de misère...

Ils ont trois mois, ils ont passé dans le froid et la neige le début de leur vie de misère...

Voici l'endroit où ils se sont abrités...aujourd'hui, il en reste un trop méfiant pour entrer dans nos trappes de captures...

Voici l'endroit où ils se sont abrités...aujourd'hui, il en reste un trop méfiant pour entrer dans nos trappes de captures...

Rédigé par

Publié le 2 Mars 2013

Lettre ouverte à &quot;CEUX DE BLIGNY&quot;

Au printemps 1990 j'apprenais que depuis la création du premier établissement de santé sur le site de l'actuel C.M. de Bligny, soit le début du 20ème siècle, des chats abandonnés qui se reproduisaient sans contrôle, étaient éliminés cruellement et illégalement.

Je ne connaissais pas Bligny mais j'étais déjà très impliquée dans la protection des animaux domestiques et j'ai pu convaincre la Direction d'alors d'accepter les méthodes douces qui préserveraient la vie des chats et qui supprimeraient les nuisances liées à leur reproduction. Le spectacle et la compagnie de ces chats protégés, il est inutile de le préciser, participeraient à adoucir le séjour de nombreux patients.

Très rapidement une association est née, tout naturellement nommée :Les Amis des Chats de Bligny.

Au mois de juillet 1990, nous étions trois à l'entrée du CMC pour distribuer quelque cinq cents documents d'information et bulletins d'adhésion à cette nouvelle association. (Voir document en P.J.). Il était naturel d'espérer qu'une fraction non négligeable du personnel adhérerait au projet et offrirait son aide sur le terrain.

Quelle erreur ! Depuis 22 ans le nombre des adhérents appartenant au personnel n'a jamais dépassé TROIS !

On compte sur les doigts d'une main ceux d'entre vous qui ont participé ou participent à la distribution de la nourriture aux chats et à l'entretien des abris que nous avons installés. A part un très bref intermède aucun membre du personnel n'est intervenu dans l'administration de notre association.

A travers toute la France, des chats sont abandonnés dans des hôpitaux et le plus souvent c'est le personnel qui créé l'association de défense des chats. A titre d'exemple voyez : http://hopital-chats-perpignan.over-blog.org

Depuis 22 ans seul un accord tacite nous lie avec la Direction du C.M. de Bligny ; aucune aide financière ne nous est accordée.

Depuis 22 ans l'activité de notre association a évité des milliers de naissances de chats qui auraient été, à leur tour, victimes d'actes de cruauté.

Il y a actuellement sur le site des jeunes chats non stérilisés mais l'association manque de "trappeurs", de personnes pour les conduire chez le vétérinaire, de familles d'accueil pour assurer leur convalescence avant de les relâcher dans les lieux où ils savent trouver la nourriture que nous leur distribuons. Qu'arrivera-t-il au printemps quand de nouvelles naissances auront lieu ? Répondrez-vous "Présent!" pour capturer et accueillir les chatons en attente d'adoptants ?

Après plus de 25 ans de bénévolat la protectrice qui m'a initiée à la protection animale en 1983 me disait parfois <<Les héros sont fatigués>>. C'est aussi le cas pour les plus actifs d'entre nous.

Vingt deux ans après la création de notre Association, il est temps de vous impliquer à votre tour. Pour commencer il ne vous reste plus qu'à imprimer le bulletin d'adhésion que vous trouverez sur ce blog et à nous l'envoyer.

Prenez vite la bonne décision.

Monique Arens, Présidente.

Juillet 1990, première capture ! La chatte s'appellera VICTOIRE...4 mois entre ces 2 photos. Victoire ne retournera pas à Bligny car sa santé est restée fragile.
Juillet 1990, première capture ! La chatte s'appellera VICTOIRE...4 mois entre ces 2 photos. Victoire ne retournera pas à Bligny car sa santé est restée fragile.

Juillet 1990, première capture ! La chatte s'appellera VICTOIRE...4 mois entre ces 2 photos. Victoire ne retournera pas à Bligny car sa santé est restée fragile.

1990- Dans les sous-sols les cadavres n'ont pas été ramassés, même pas pour repeindre les murs !

1990- Dans les sous-sols les cadavres n'ont pas été ramassés, même pas pour repeindre les murs !

Rédigé par